samedi 11 mars 2017

Renart médecin - Des reliques dans la haie




Sur ce, bien qu'ils ne se soient jamais aimés,
A


ces paroles s'en tornerent
tous deux se mettent en route
à travers des champs en labour.
Mais, Renart se gratte la tête,
car il est très préoccupé.
Tandis que Ronel passe devant,
tout en le poussant à trotter,
Renart traîne des pieds,
et avance tranquillement derrière,
en se demandant de quelle manière
il va tromper Ronel
pour s'en débarrasser.
Après avoir bien chevauché, les deux vassaux
arrivent au fond d'un val,
devant une ferme en pleine campagne.
Derrière la ferme, sur la droite,
il y a des vignes, si je me rappelle bien,
et on est début septembre.
Renart se dirige vers les vignes,
très irrité
à cause de Ronel qui le harcèle.
Il aperçoit dans une haie,
une corde qui pend,
que le paysan, qui a la garde des vignes,
a attachée là.
Il reconnaît bien ce que c'est, et après examen,
il voit l'appât sur la corde.
Mais, il ne va surtout pas y mordre,
et se dit plutôt qu'il va le faire prendre
par son compagnon, qui se fera attraper
s'il n'y prend pas garde.
Il a déjà trahi maintes fois,
et il va le faire une fois de plus,
pour le meilleur ou pour le pire.
Mais savez-vous comment il va le tromper ?
Dès qu'il voit le piège,
Renart se met à genoux
devant la corde,
les bras étendus, en criant grâce
au Créateur, et en l'implorant
de le protéger des mains du mâtin,
seigneur Ronel son compagnon.
Ronel le voit faire :
« Renart, fait-il, pourquoi tardez-vous
alors que vous devez avancer ?
Que faites-vous donc à rester là ?
Levez-vous donc, et venez,
au lieu de faire l'idiot.
Soyez raisonnable,
à quoi bon chercher un prétexte
pour nous retarder
et aller à la cour à reculons ?
— Malédiction, mon ami, lui répond Renart,
vous ne savez donc pas ce que je fais ?
Je fais mes prières
devant ces précieuses reliques
reconnues pour leur pourvoir miraculeux,
et vénérées de tous.
Vous n'êtes qu'un fou furieux
pour ignorer de telles reliques.
— Comment ça, Renart, dit Ronel,
s'agit-il de nouvelles reliques ?
— Oui, cher seigneur, lui dit Renart,
et savez-vous ce qu'on en dit ?
Je ne crois pas qu'il y ait ailleurs en France,
de reliques avec un tel pourvoir,
où il arrive de tels miracles,
même dans les eaux de saint Remacle.
Je vous le dis, c'est la vérité,
quiconque, atteint de telle ou telle maladie,
qui s'approche des reliques,
n'en souffrira plus jamais.
Toute bête, qui met
sa bouche ou ses yeux,
en contact avec les reliques,
ne sera plus jamais malade. »
19220



19224



19228



19232



19236



19240



19244



19248



19252



19256



19260



19264



19268



19272



19276



19280



19284



19288



19292

Cil qui onques ne s'entramerent,
Si se metent par uns arez.
Or est Renart mout esgarez,
Si va mout ses temples gratant,
Et Roonel s'en va devant
Qui l'amoneste de troter,
Et Renart se prent a froter
Et va tout belement derriere,
Et se porpense en quel maniere
De Roonel se partira
Et conment il l'engingnera.
Tant chevauchierent li vassal
Qu'il sont venuz el fonz d'un val
Devant une vile champestre.
Par devers la vile a main destre
Avoit vignes, que bien m'en membre,
Et fu a l'entrer d'un setembre.
Vers les vingnes est adreciez
Renart qui mout ert corouciez
Por Roonel qui si l'esmoie,
Garde et vit en une haie
Une corgie estendue
Que .I. vilain i ot pendue
Qui des vignes avoit la garde.
Bien la connut et bien l'esgarde
Et vit le morsel en la corde,
Mes n'a talent que il i morde,
Ainz dit que il i fera pendre
Son compaignon et entreprendre,
Se il mout tres bien ne se gaite.
Mainte traïson avra faite,
Encor en voil fere a cestui
Ou tort a bien ou a anui.
Savez conment l'a deceü ?
Quant l'enging a aparceü,
Devant le laz qui est tenduz
S'est mis Renart touz estenduz
A genoillons, merci li crie
Au criator et si li prie
Qu'il le gart des mains au gainnon
Dant Roonel son compaingnon.
Lors s'est Roonel regardez.
« Renart, fait il, por qoi tardez
Quant vos devez venir avant ?
Por qoi alez vos demorant ?
Levez d'ilec, si en venez,
Vos n'estes mie bien senez.
Rendre vos covendra raison :
Por qoi querez vos achoison ?
Por qoi alez vos delaiant,
Ne de la cort si retraiant ?
— En mal eür, ce dist Renart,
Compains, ne savez que je faz ?
Je faz ci illuec mes prïeres
A ces reliques qui sont chierres
Et de granz vertuz esprovees,
Mout sont ci illuec honorees.
Mes vos estes tant fox et gains
Que vos n'avez cure des sains.
— Conment, Renart, dist Roonel,
Est ce saintuaire novel ?
— Oïl, ce dist Renart, biau sire,
Et savez que je vos puis dire ?
Je ne cuit pas qu'en tote France
Ait reliques de tel puissance,
Ne ou aviengne tel miracle,
Neïs as poisons saint Romacle.
Si vos di bien de verité
Que nul n'a tele enfermeté,
Se il aprouche au saintuaire,
Que ja mes jor ait puis contraire.
N'est nule beste, si la touche
Ne a ses eulz ne a sa bouche,
Qui ja mes soit envenimé,
Puis que il l'avra aprimé. »
Comment Renart fut magicien C'est la branche Renart si com il fu mires (29)
Notes de traduction (afficher)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire