vendredi 9 février 2018

Renart médecin - Pendu la tête en bas




Sur ce, l'écuyer met le pied-à-terre,
L


i escuier descent a tant,
tire son épée,
coupe une branche de chêne,
prend Renart par les deux pattes,
tire sur ses jarrets
et les coince dans la branche.
Il appelle le valet, qui arrive sur-le-champ,
lui donne le goupil,
que l'autre s'empresse d'accepter.
« Tiens, lui dit l'écuyer,
emporte cette bête à la maison
sans t'arrêter en chemin,
et une fois arrivé,
ôte-lui la peau du dos.
— D'accord, par saint Paul, répond-il. »
Il met le goupil sur son épaule,
et part aussitôt
en direction de la maison,
laissant son maître dans le bois.
Renart est dans de sales draps,
et s'il ne trouve pas un moyen de s'en sortir,
il n'échappera pas à la mort,
car il est pris encore mieux que dans un piège.
Le valet se met au trot,
traverse le bois,
puis entre dans une grande prairie
aussi longue que large.
Renart n'apprécie pas du tout
d'être transporté de la sorte,
pendu par les pieds, la tête en bas,
il se trouve bien maltraité.
Il regarde tout autour de lui
s'il y a quelqu'un dans les alentours.
Il est vraiment désemparé
de se faire emmener ainsi,
mais il se force à réfléchir
pour trouver un moyen
d'échapper à ce coquin.
Après mûres réflexions
et avoir vérifié
qu'il n'y a personne d'autre,
il saisit ses fesses
à pleines dents.
Le valet se met alors à crier
de toutes ses forces, et ne fait pas semblant.
Renart le serre aussi fortement
qu'il peut avec toutes ses dents
jusqu'à faire tomber le valet,
qu'il le veuille ou non.
Renart tire dans tous les sens
sans lâcher prise.
Le valet essaye alors de récupérer
le bâton qui lui a échappé des mains
pour frapper Renart.
Quand Renart voit qu'il est libre,
et que le valet en colère
veut le frapper avec le bâton,
il décampe sur-le-champ
de peur de s'en prendre un coup,
et s'enfuit
aussi vite qu'il peut.
Le valet se sent tout couillon
de le voir s'échapper,
et se met à pleurer de rage.
Il retourne sur ses pas, en pleurs,
sans s'arrêter jusqu'à son maître.
Puis il lui raconte comment Renart
s'est enfui par un essart,
après l'avoir pris par les fesses
en lui plantant
les dents dedans,
et malgré sa tentative pour reprendre
le bâton pour le frapper,
comment Renart en a profité
pour s'échapper à travers champs.
« Je suis resté là, impuissant et furieux
de la voir s'échapper, ajoute-t-il. »
Le chevalier applaudit des deux mains,
amusé d'entendre cela :
« Ma foi, fait-il, je ne crois pas en avoir
déjà entendu une aussi bonne. »
Là-dessus ils partent à toute vitesse
et décident d'oublier Renart,
qui galope de son côté
à travers les prés à vive allure,
fier de son coup grâce à la ruse
qu'il maîtrise plus que tout autre.
Il s'en va fuyant
à travers champ,
en colère et malheureux à la fois,
car les plaies sur sa peau lui font très mal,
et le préoccupent beaucoup.
Il ne peut pas avancer assez vite,
et se dit que s'il pouvait trouver
une herbe qu'il connaît bien,
ses plaies guériraient rapidement.
Il supplie Dieu humblement
de lui en procurer au plus vite,
car il en a grand besoin.
Alors qu'il prend le sentier
qui traverse la prairie,
il trouve dans un fossé
l'herbe qu'il recherche tant.
Il la gratte avec ses pattes,
et a vite fait de l'arracher,
il s'en met partout
sans même la couper en morceaux,
et frotte
toutes ses plaies.
Elles commencent à se refermer,
il va alors beaucoup mieux,
puis tend les mains vers le ciel en remerciement.
21348



21352



21356



21360



21364



21368



21372



21376



21380



21384



21388



21392



21396



21400



21404



21408



21412



21416



21420



21424



21428



21432



21436



21440



21444



21448



21452



21456

Renart par les .II. jambes prant
Et maintenant a tret s'espee,
Par les jarez li a boutee,
.I. plançon de chesne a coupé,
Adonc li a par mi bouté.
Le garçon apele et il vient,
Le gorpil li baille qu'il tient,
Et cil le prent mout volentiers.
« Tien, va, fait soi li escuiers.
Si porte en meson ceste beste,
Et garde nulieu ne t'areste.
Et tu quant en meson vendras,
La pel du dos li osteras.
— Volentiers, fait il, par saint Pol. »
Le gorpil a mis en son col,
Si s'en est torné demanois,
Et lesse son seignor el bois ;
A l'ostel va son droit chemin.
Or est Renart en mal traïn,
Se par enging ne s'en estort.
Il ne puet eschaper de mort,
Qu'il est miex pris que au broion.
Et li garz se mist el troton
Tant que le bois a trespassé ;
En la praierie est entré
Qui estoit grant et longue et lee.
Renart porte que pas n'agree
Ce que il tient si malement
Que par les piez contre val pent ;
Forment se tient a malbailli.
Lors regarde tot entor li,
S'il veïst nul honme vivant.
Et molt se tient a recreant
Qant ainssi se lesse porter,
Si se conmence a porpenser
Conment il porra esploitier
Por eschaper au pautonnier.
 Quant Renart porpensé se fu
Et il n'ot entor lui veü
Qu'il n'i a choisi home nul,
Celui par les naches du cul
A pris as dens sanz delaier.
Et li garz conmence a crïer
Quant que il pot, pas ne se faint,
Et Renart durement l'estraint
Et au plus qu'il pot les denz serre
Tant que li garz chaï a terre,
Ou biau li soit ou mal li sache.
Et Renart toutevoies sache,
Ne onques ne le volt laschier,
Tant que li garz prist a sachier
Le baston qu'esgarez avoit,
Por ce que ferir le vouloit.
Quant Renart se vit delivré
Et le garçon vit aïré,
Qui du baston le volt fraper,
De lui se part sanz demorer,
Car peor ot qu'il nel ferist.
A tant a la fuie se mist
Au plus durement que il pot.
Or se puet bien tenir por sot
Le gars, quant il l'en vit aler,
De duel conmença a plorer.
Et tout en plorant s'en retorne,
Jusque a son seignor ne sejorne,
Si li conte conment Renart
S'en va fuiant par .I. essart,
Et conment il le prist as denz,
Et conment il li mist dedenz
Les naches par la ou le prist,
Et conment le baston hors mist
Por ce qu'il le voloit ferir,
Mes tantost se mist au fouïr,
Si se mist tot par mi les plains.
« Et je remés tout d'ire plains
Por ce que je aler l'en vi. »
Quant li chevalier l'entendi,
Ses paumes en bati de joie :
« Par foi, fait il, ne cuit que j'oie
Ja mes aussi bele aventure. »
A tant s'en vont grant aleüre,
Sel lessierent ester a tant.
Et Renart s'en vet randonant
Par mi les prez a grant esploit
Conme cil qui assez savoir
Plus que nul autre de barat.
Fuiant s'en vet pensis et mat,
Tristre et dolent et corroucié
Par mi le pré tout eslessié ;
Mout se demente et mout s'esmaie,
Car mout li deult et cuir et plaie,
Si ne puet pas si tost aler,
Et dist se il pooit trover
Une herbe que il connoissoit,
Tantost sa plaie gariroit.
Mout reclainme Deu doucement
Qu'il li envoit prochainnement
Si con il en a grant mestier.
A tant trespasse le sentier
Qui en la praierie estoit,
Sor .I. fossé garde, si voit
L'erbe que il demande et quiert.
Maintenant ses pates i fiert
Et si l'a mout tost esrachie,
Ne l'a triblee ne hachie,
Ançois li a mis sanz tribler.
Du remanant prist a froter
Trestotes les plaies qu'il ot,
Et li cuir maintenant reclot,
Et fu gariz et trestouz sains ;
Vers le ciel estendi ses mains.
Comment Renart fut empereur Ce est la branche Renart coment il fu Empereres (30)
Notes de traduction (afficher)