samedi 7 octobre 2017

Renart médecin - La guérison du roi




« Tibert, lui dit Renart, viens par ici
T


ybert, ce dit Renart, ça vien,
donner un peu de ta personne.
On va te dépouiller de ta peau
sur laquelle notre sire posera ses pieds. »
Quand Tibert l'entend, il se met à gronder,
mais il n'a pas le courage de répondre,
ni de chercher querelle devant tout le monde,
car il n'y a personne de sa famille ici.
Il bondit sur ses pattes avec la ferme intention
de sortir de la cour sans demander congé.
Mais, la porte est fermée, alors Tibert saute
dans une ouverture un peu plus haut,
puis s'échappe à toute vitesse
se réfugier dans un enclos.
« Mince, fait Renart, il s'est tiré.
Malheur à mes géniteurs
si je n'arrive pas à lui mettre la main dessus
pour lui faire passer un sale quart d'heure. »
Renart regarde autour de lui,
et voit tous les barons fort préoccupés
de le voir agir de la sorte,
chacun a peur pour sa peau.
Il appelle Ronel :
« Fils de pute, sale lépreux, fait-il,
faites-moi vite un feu ici même,
puis prenez la peau du loup,
lavez-la, essuyez-la,
et installez-la devant moi.
— Volontiers, seigneur, je ferai avec plaisir
tout ce que vous m'ordonnerez.
— Quant à vous, seigneur Grimbert le blaireau,
mettrez-vous là à genoux,
et vous, Belin, venez près de moi. »
Ils accourent dans une grande confusion.
« Allez tout de suite chercher notre roi,
et amenez-le-moi vite ici,
sans tarder davantage,
avant que Dieu ne vous couvre de honte. »
Ils l'amènent promptement,
tandis que Renart prend un onguent.
« Sire, fait-il, je vais vous guérir,
je vais vous soulager de cette fièvre,
mais vous allez devoir souffrir un peu. »
Noble répond : « Je ne souhaite rien d'autre
que d'être guéri de cette maladie,
car, je me sens très faible. »
Renart le fait coucher face contre terre,
et lui met le museau
dans l'ellébore,
qui est vraiment très fort.
Noble prend un coup de chaud,
puis se met à enfler.
Il commence à s'agiter,
tandis qu'un pet s'échappe de son cul.
Il se démène, il éternue,
le roi est vraiment en grande peine
tellement il est gonflé et tellement il souffle,
il a la peau du dos trempée de sueur.
Noble dit alors : « Je me sens trop ballonné. »
Renart répond : « Ne vous inquiétez pas,
vous êtes en train de guérir, n'ayez aucune crainte. »
L'autre n'arrête pas de péter,
car la potion lui tiraille
et lui chauffe le corps entier.
Renart l'étend à côté du feu,
prend la peau du loup,
et enveloppe le lion dedans.
Puis, il prend un peu de la potion
qu'il avait volée au pèlerin,
et en fait manger au roi.
Aussitôt après l'avoir avalée,
il ne sent plus rien, et n'a plus mal nulle part,
ni même aux mains ou aux pieds.
Il remercie beaucoup Renart :
« Renart, fait-il, je suis guéri,
merci mille fois,
je vous fais seigneur de ma terre.
Vous aurez mon aide
pour faire la guerre à qui vous voudrez,
et je ferai de vous mon conseiller.
Je suis complètement guéri, je n'ai plus mal,
vous serez richement récompensé.
— Soyez en gré à Dieu, répond Renart,
grâce à qui j'ai pu vous rétablir,
mais, si vous le permettez,
sire, je souhaiterais plutôt aller
rendre visite à ma famille,
et rassurer ma femme
que je n'ai pas vue depuis plus de deux mois.
Elle sera heureuse de me retrouver,
et je lui donnerai de vos nouvelles,
qui lui feront très plaisir, sachez-le.
Mais, seigneur Brichemer m'en veut
sans autre raison, Dieu le sait,
tout comme Ysengrin votre prévôt.
Ils ont déjà rassemblé leurs armées,
car, s'ils peuvent me tenir,
ils me feront souffrir à mort,
et je n'en réchapperai pas.
Je vous prie donc, en guise de récompense,
de m'accorder une escorte
pour me défendre en cas d'attaque. »
Noble répond : « Bien volontiers. »
Il fait alors monter cent chevaliers,
armés et en cotte de mailles,
et leur ordonne
de protéger Renart de tout préjudice.
Ils s'en vont le long d'un cours d'eau,
chevauchant à vive allure,
et arrivent à son château
bien avant midi sonnant.
Ils mettent Renart en sécurité
dans sa tanière, son château,
puis retournent sur leurs pas.
À son arrivée,
sa femme Hermeline accourt vers lui,
impatiente d'apprendre
comment il s'en est tiré avec le roi,
puis elle l'étreint et l'embrasse.
Renart lui raconte par le détail,
dans un flot ininterrompu de paroles,
comment il a collé la honte à Ysengrin
qui a dû y laisser sa peau,
et comment il a trompé Brichemer,
qui s'est fait briser les bois,
et a dû laisser lui aussi
toute une longueur de peau.
Alors, elle éclate de rire,
et lui dit qu'il s'en est bien vengé.
Renart aussi est content comme tout
de s'être vengé de ses ennemis.
Mais, je crois qu'il va devoir rester
un bon moment dans son château,
avant de se risquer à sortir en toute sécurité.


20564



20568



20572



20576



20580



20584



20588



20592



20596



20600



20604



20608



20612



20616



20620



20624



20628



20632



20636



20640



20644



20648



20652



20656



20660



20664



20668



20672



20676



20680



20684



20688



20692

Tu nos relesseras du tien,
De ta pel seras despoilliez
Ou mesire metra ses piez. »
Tybert l'ot, si conmence a grondre,
Mes n'ot mie cuer de respondre
Ne de tencier devant la gent,
Car il n'i avoit nul parent.
Il sailli sus, si s'afaita,
Sanz congié de la cort torna.
L'uis ert bien fremez, mes il saut
Par .I. pertuis qui ert en haut.
Tybert s'en va toz eslessiez,
Si s'est feruz en .I. plaissiez.
« Par foi, fet Renart, cil s'en va.
Mal dahez ait qui m'engendra,
Se je le puis as poins tenir,
Se ne li faz mes jeus puir. »
 Renart regarde entor lui,
Vit les barons qui grant anui
A voient de ce que faisoit,
Chascun de soi peor avoit.
Il en apele Roonel :
« Filz au putain, fet il, mesel,
Fetes moi tost ici .I. feu,
Si me prenez la piau du leu,
Si la lavez, si l'essuiez,
Et devant moi l'apareilliez.
— Volentiers, sire, puis que plest,
Quant que conmanderez ert fet.
— Et vos, dant Grimbert le taisson,
Venez tost ci a genoillon,
Et vos, Belin, venez a moi. »
Cil acorent a grant desroi.
« Alez tantost a mon seignor,
Diex vos otroit grant desenor,
Fetes moi tost sanz demorer,
Alez le moi ci aporter. »
Cil li aportent vistement,
Renart a pris .I. oignement.
« Sire, fait il, je vos garrai,
Et ceste fievre vos toudrai,
Mes .I. poi vos covient soufrir. »
Et respont Noble : « Moult desir
Que de cest mal fusse haitiez,
Qar je sui mout afebloiez. »
Renart le fist couchier a denz,
Si li a mis au nez dedenz
Aliborum que il avoit
Qui mout durement fort estoit,
Et Noble prent a eschaufer,
Et le cors li prent a enfler.
A demener se conmença
Tant c'un pet du cul li vola,
Il esternue et se demainne.
Mout estoit li rois en grant painne,
Enflez fu, mes il esternue,
Et la pel du dos li tressue,
Et dist Noble : « Trop sui enflez. »
Et dist Renart : « Ne vos doutez,
Gariz estes, vos n'avez garde. »
Et cil du poire ne se tarde,
Qar la poison le destrenoit
Qui tot le cors li eschaufoit.
Renart l'estendi lez le feu,
Puis a prise la piau du leu,
S'a dedenz couchié le lion.
Puis a trait hors de la poison
Qu'il avoit emblee au paumier,
A son seignor en fet mengier.
Tantost con il en ot gouté,
Ne senti mal n'enfermeté
En main n'en pié ne nule part.
Mout en a mercié Renart :
« Renart, fait il, je sui gariz,
 Je vos en rent .VC. merciz,
Et seignor vos faz de ma terre.
Qui vos vodrez si avra guerre,
Qar en aïde vos serai,
De vos mon conseillier ferai.
Touz sui gariz, nul mal ne sent,
Vos en avrez riche present.
— Diex, dist Renart, en ait les grez
Quant par moi estes respassez,
Mais s'il vos venoit a plaisir,
Sire, de l'aler ai desir
Por ma mesnie visiter
Et por ma fame conforter
Que ne vi plus de .II. mois a.
S'ele me voit, grant joie avra.
Je li dirai de vos noveles,
Sachiez, qui mout li seront beles.
Sire, Brichemer si me het
Trestot sanz mesfet, Dex le set,
Et Ysengrin vostre prevost ;
Il ont ja assemblé lor ost
Que se il me puent tenir,
Il me feront a duel morir,
Ja n'en avré se la mort non.
Por ce vos proi en guerredon
Que vos tel conduit me bailliez
Que je n'i soie donmagiez. »
Et dist Noble : « Mout volentiers. »
Lors fet monter .C. chevaliers
Qui sont fervestu et armé,
Si lor a Renart conmandé
A garder son cors de donmage,
Et cil s'en vont par .I. rivage,
Chevauchant mout de grant vertu
Tant que au chastel sont venu
Grant piece ançois midi sonné.
Renart ont mis a sauveté
En son chastel, en sa tesniere,
Si s'en sont retornez ariere.
Si tost con l'en sot sa venue,
Hermeline est acoureüe,
Sa fame qui savoir voloit
Conment au roi chevi avoit,
Si le baise et si l'acole,
Et Renart aqueut de parole,
Et si li dist et si li conte
Conment il fist Ysengrin honte
Que la pel lessie li a,
Conment Brichemer conchia
Que les cornes li fist brisier
Et une partie lessier
De la pel, si con il est lons.
Cele s'en rit et joue adons
Et dist que il s'est bien vengiez.
Mout est Renart joiant et liez
Q'est vengiez de ses anemis.
Lors sejorna tant, ce m'est vis,
En son chastel mout tres grant pose,
Car asseür issir n'en ose.
Comment Renart fut magicien C'est la branche Renart si com il fu mires (29)
Notes de traduction (afficher)