dimanche 26 mars 2017

Renart médecin - Ronel est laissé pour mort




Sur ces mots, Renart se met en route,
A


ceste parole chemine
après s'être bien débarrassé
de l'autre qui reste dans la vigne.
Renart s'en va comme un fuyard
vers son château, en piquant de l'éperon.
Il aperçoit d'abord son rocher au loin,
puis arrive, et descend au pied du pont-levis.
Il exhorte les ouvriers, en train de faire des mantelets,
à travailler encore plus vite,
pour consolider les portes,
et réparer les fossés,
car il sait bien qu'il est fichu
si le roi arrive maintenant avec son armée.
Mais, il n'a pas peur qu'il lui fasse la guerre,
au contraire, il lui donnera du fil à retordre.
Tel un forcené, il s'emploie
à faire des fossés et des tranchées
tout autour, à cinq portées d'arc.
Il fait creuser un fossé profond, qui, rempli d'eau,
ne peut être franchi sans s'y noyer,
puis un pont-levis par-dessus,
et devant, une palissade.
Sur la tour, on installe des balistes
pour jeter des blocs de pierre,
quiconque s'en prendrait une,
n'en sortirait vivant.
On fait des meurtrières et des créneaux,
d'où on tirera les carreaux
pour endommager l'armée du roi.
Renart se prépare en toute hâte
pour se défendre contre le roi.
Sur chaque tour, il place une sentinelle
pour faire le guet,
ce qui sera bien utile.
Renart se prépare très sérieusement,
le tout est complètement entouré d'eau,
la palissade est bien solide,
à l'extérieur des murs d'enceinte,
il fait installer des barbacanes
pour renforcer les défenses de son château.
Puis, il recrute des mercenaires à travers la région,
des fantassins et des cavaliers,
pour faire la guerre avec lui.
Il en arrive tellement qu'un vallon tout entier
en est couvert, à la grande joie
de Renart, qui les poste aussitôt
aux barbacanes pour assurer la défense.
Personne ne sait vraiment ce qu'il a en tête,
mais Renart s'est bien débrouillé
pour se faire aider par ses amis,
car il est persuadé qu'il ne peut éviter
de se faire assiéger dans sa tour.
Il le craint, il en a grand-peur,
mais sachez qu'il se défendra,
et si quelqu'un vient l'attaquer,
il ne repartira pas sans devoir se battre.
Mais, laissons là Renart,
et parlons plutôt du cas de Ronel,
qui est toujours pendu au collet.
Ça va très mal pour lui,
il n'arrête pas de grogner ou de brailler,
rien ne pourrait améliorer son sort,
même si on lui donnait un esterlin.
Celui qui l'a fait attraper
est vraiment une sale bête.
Il n'arrête pas de se débattre pour s'échapper,
mais ça ne sert à rien du tout,
car il est solidement retenu par le lacet
qui lui serre le cou.
Il est très en colère,
il s'agite et aboie.
Le vigneron, qui a la garde des vignes,
l'entend, il arrive sans tarder,
voit qu'il est pendu, il le regarde étonné.
Avec son compagnon,
il se rapproche rapidement du mâtin,
avec la ferme intention de lui faire du mal.
Ronel ne sait plus quoi faire,
quand il les voit arriver sur lui.
Son sang se glace,
il se dit qu'il va passer un sale moment,
car il sait bien qu'ils vont l'attaquer.
Les paysans lui bondissent dessus,
lui par-derrière, l'autre-devant,
l'un le frappe, l'autre le martèle.
Le mâtin braille salement,
redoutant de mourir,
ou de devoir y laisser un bras ou une jambe.
Il est salement amoché,
à mon avis, il n'y prend aucun plaisir,
et n'apprécie pas du tout ce divertissement.
Ils redoublent leurs coups,
car il ne vaut pas cher à leurs yeux,
et lui tombent dessus
pour l'esquinter encore plus.
Sachez qu'ils vont lui faire vraiment mal.
L'un lève une massue,
et l'autre lui dit : « Frappe-le, tue-le !
honte à toi s'il en réchappe. »
L'autre n'est pas un empoté,
au contraire, il le frappe en travers des reins
avec une grosse massue, des deux mains,
comme s'il rassemblait un tas de paille.
Ronel est en bien mauvaise compagnie,
alors qu'il ne l'avait pas cherchée.
Il le tire et le secoue dans tous les sens
en lui frappant le dos, si bien
que le collet, qui le retenait pendu par le cou,
finit par se briser.
Ils l'ont tellement battu, qu'il est devenu tout mou,
il s'affale par terre,
pattes écartées, dents serrées,
à côté du fossé, et se met à geindre et à pleurer.
Alors qu'il essaye de se relever,
les deux autres se jettent sur lui
pour lui battre les flancs
avec une grosse massue bien lourde,
puis l'abandonnent, gisant là comme mort.
19384



19388



19392



19396



19400



19404



19408



19412



19416



19420



19424



19428



19432



19436



19440



19444



19448



19452



19456



19460



19464



19468



19472



19476



19480



19484



19488



19492



19496



19500
Renart, cil remest en la vingne,
Mout par s'en est bien delivrez.
Renart est en fuie tornez,
Vers son chastel point tant et broche
Que il en a veü la roche,
Venuz est et descent au pont.
Les ovriers qui les vingnes font
Amoneste de tost ovrer
Et des portes bien afremer
Et de reparer ses fossez,
Car bien set qu'il est confessez
Se li rois vient sor lui a ost.
Il n'a pas peor qu'il l'en ost,
Ançois en seroit mout penez.
Mout s'esforce li forcenez
De fere fossez et trenchees,
Tot entor lui a .V. archees,
Fet .I. fossé d'eve parfont,
Riens n'i puet entrer qui n'afont.
Desor fu li ponz torneïz,
Et par devant le rouleïz.
Desor la tor son les perrieres
Qui jeteront pierres plenieres.
N'est nus hons qui en fust feruz,
Que a sa fin ne fust venuz.
Les archierres sont as carniax
Par ou on trera les qarriax
A domagier la gent le roi.
Mout est Renart de grant desroi
Qui si contre le roi s'afaite,
Sor chascune tor une gaite
A mise por eschauguetier,
Qar il en avoit grant mestier.
Mout fu bien d'eve avironné,
Einssi s'est Renart afaitiez.
Hordeïs ot et bon et bel,
Par defors les murs du chastel
Ses barbacanes fist drecier
Por son chastel miex enforcier,
Sodoiers mande par la terre
Qu'il viengnent a lui por conquerre,
Serjanz a pié et a cheval,
Tant en i vint que tout .I. val
En ot covert ; grant joie en ost
Renart et maintenant les mist
Es barbacanes por desfendre,
Nus ne puet savoir ce qu'il pense.
Mont s'est Renart bien entremis
D'aïde faire a ses amis,
Que bien cuide sanz nul retor
Que assis soit dedenz sa tor.
Grant crieme et grant peor en a,
Mes sachiez qu'il se desfendra,
Se il i vient nus qui l'asaille,
Ne s'en partira sanz bataille.
De lui me terai ore ci,
Mes de Roonel qui pendi
Dirai coment est sovenu.
Malement li est avenu,
Mout durement graint et baaille,
Ne chanjast pas une maaille
Qui li donnast .I. esterlin.
Mout ot en celui mau voisin
Qui illuec le fist atraper.
Mout se debat por eschaper,
Mes ne li vaut .I. ameçon,
Qar mout tint bien par le laçon
Qui l'a entor le col lacié,
Le cuer en a mout couroucié,
Illuec se debat et abaie.
Et le vingneron sanz delaie
Vint qui des vingnes estoit garde,
Celui vit pendu, si l'esgarde.
Entre lui et son compaingnon
Viennent poingnant vers le gainnon,
Bien entalentez de mal fere.
Lors ne sot Roonel que fere
Quant il les vit vers lui venir,
Tout le sanc li prist a fremir,
Que bien cuide estre malbailliz,
Bien set qu'il sera asailliz.
Li vilain saillent maintenant,
Li .I. derier, l'autre devant,
Li .I. le fiert, l'autre le maille.
Le mastin durement baaille,
Mout crient que morir ne l'estuisse,
Ou qu'il n'i ait ou braz ou cuisse,
Durement en est en malaise.
Je ne cuit mie qu'il li plaise,
Que tel deduit n'amoit il pas.
Et cil viennent plus que le pas
Qui tant ne quant ne l'orent chier,
Maintenant por lui donmagier
Saillirent avant ambedui.
Sachiez ja li feront anui ;
Li .I. lieve une maçue
Et dist li autre : « Fier et tue !
S'il t'eschape, tu es honniz. »
Et cil ne fu pas esbahiz,
Ainz l'a feru par mi les rains
D'une grant maçue a .II. mains,
Mout li aunent bien ses buriaux.
A mal parenz est Rooniaux
Dont il n'avoit nul covoitié.
Tant l'ont tiré et desachié
Et tant li ont le dos batu
Que il li ont le laz rompu
A quoi il pendi par le col.
Tant l'ont batu, tot l'ont fet mol.
Maintenant chaï a la terre,
Les piez estent et les dens serre,
Lez .I. fossé se plaint et pleure,
Et cil li corent andui seure
La ou il se fu acoutez.
Tant li ont batu les costez
D'une grant maçue pesant
Que por mort le laissent gisant.
Comment Renart fut magicien C'est la branche Renart si com il fu mires (29)
Notes de traduction (afficher)