mardi 29 octobre 2019

La mort de Renart - Courte échappée




Il aperçoit alors un paysan, qui taille
L


ors chois si .I. vilain qui taille
des ramilles pour chauffer son four.
Il est accompagné d’un mâtin aussi grand
qu’il est maigre et famélique,
doté d’un collier
à pointes,
attaché à une chaîne.
Le paysan, qui tient le chien, le détache aussitôt
quand il voit le goupil arriver,
et le lance à sa poursuite en criant.
Renart s’en aperçoit et il est bien ennuyé.
Ça le rend fou de rage,
car il ne sait ni quoi faire ni quoi dire.
Il n'ose ni continuer en direction du chien,
ni retourner en arrière vers le cortège royal,
qui le poursuit à grands pas.
Tardif arrive en tête,
la bannière dressée.
Renart tourne d’un coup de bride
pour passer à travers l’enclos,
sans laisser tomber Chantecler,
alors complètement effrayé.
Le mâtin ne perd pas de temps
et le poursuit à toute vitesse.
Renart se dit alors : « Si je laisse
Chantecler partir, que ferai-je ensuite ?
je n’aurai rien
pour souper ce soir.
Et si celui qui est à ma poursuite
parvient à me prendre,
il me montrera aussitôt
comment il se sert de ses dents pour trancher.
Je dois accorder moins d’importance
à ce coq qu’à moi-même.
Tardif arrive de l’autre côté
avec tous ceux qu’il emmène sous sa bannière.
Et s’ils me ramènent chez eux,
je passerai un sale quart d’heure,
car le roi est furieux contre moi
à cause de Chantecler qu'il apprécie tant.
Je regrette d’avoir fait cette belle prise,
qui va pourtant me porter malheur. »
Il dit alors à Chantecler : « Par ma tête,
je suis contraint de vous abandonner.
Ce matin n’a pas l’air content,
et il me suit trop facilement,
vas-t'en rapidement.
Quand tu seras à la cour, mon ami,
puisque je ne t'ai ni blessé ni maltraité,
fais preuve d’indulgence à mon égard,
et n’aggrave pas mon cas auprès du roi.
— N’ayez crainte, répond-il, mon cher maître. »
Il saute aussitôt dans un arbre sur la droite,
et laisse éclater sa joie,
tandis que Renart s’enfuit
à toute vitesse.
Mais le chien lui bondit dessus et retrousse
la peau de son dos jusqu'à croupe.
Le goupil est en grand danger
de perdre la vie,
mais Tardif tombe à pic
car il veut à tout prix
le prendre vivant.
Il le sauve des pattes du mâtin,
au prix de nombreux coups
pour le récupérer.
Renart se retrouve aussitôt entouré
de la belle et noble compagnie
que le riche empereur
a envoyée à ses trousses.
Ils le saisissent et l’attachent sur-le-champ,
puis l’emmènent devant le roi.
Noble, fou de rage,
jure qu'il le fera exécuter,
brûler, écorcher, écarteler,
ou livrer à de cruelles tortures.
Chantecler ne manque pas
de se plaindre des misères
qu’il lui a causées.
Le roi lui répond qu’il aura réparation
à la hauteur de ce qu’il demandera,
pour le terrible outrage qu’il lui a fait.
« Pas question qu’il aille en prison !
je le ferai au contraire écorcher vif.
Je ne pourrai tirer meilleure vengeance.
— Sire, fait Renart, écoutez-moi,
écoutez ma version des faits.
Certes, je me plierai au jugement,
tout en comptant sur votre miséricorde.
Jamais aucun mortel
n’a été condamné sans un traitement loyal.
S’il y a quelqu’un dans cette cour
qui souhaite prouver
que j’ai commis une perfidie,
une trahison ou un mensonge,
alors je suis prêt à me défendre.
Ceux qui m’ont mis en terre
ne me veulent que du mal,
et font peu de cas de ma personne.
Pour quel crime, j’aimerais l’entendre,
me fait-on enterrer vivant ?
Donnez-moi donc vos raisons,
m’a-t-on pris en train de voler ?
La cour mérite bien des reproches,
Bruyant le taureau, Brichemer
et les autres, que j’aime et apprécie par ailleurs,
méritent d’être réprimandés pour ce forfait.
C’est vous Chantecler, je n’en doute pas,
qui avez préparé cette trahison
en me pourchassant, voilà mon avis.
Vous avez manigancé bien des crimes,
c’est lui que l'on doit blâmer.
Je veux prouver par un duel
qu’il m’a causé aujourd’hui
un terrible préjudice
en m’enterrant vivant.
Il n’aurait jamais dû entreprendre
de me causer de tels ennuis.
Et si je n’arrive pas à le vaincre aujourd’hui,
alors faites-moi crever les yeux,
à qui n’en déplaise.
— Renart, Renart, dit Chantecler,
par la foi que je dois à Bernard
l'archiprêtre que je vois là,
les choses ne se sont pas du tout passées
comme vous le dites.
Vous ne vous en tirerez pas à si bon compte
aujourd’hui comme vous pensez le faire.
Ah ! sainte Pinte, aidez-moi !
Aussi vrai que je m’en rappelle,
Renart vous a tuée en traître,
tout comme je n'ai rien à me reprocher
de ce qu’il m’accuse.
— Vous mentez, répond Renart, traître,
c’est à cause de vos mensonges
que j’ai été enterré vivant, je vous le garantis.
Je vous le ferai avouer
avant la fin de la journée,
vous serez brisé ou blessé à mort.
Vous n’y couperez pas, c’est comme ça.
— Sire, accordez-moi ce duel,
demande Chantecler à l'empereur,
et faites pendre ou démembrer
celui qui sera vaincu.
Mais n’oubliez pas tous les ennuis
qu’il vous a causés.
Par Dieu, le vaincu
sera pendu ou exécuté,
il n’en sera pas autrement,
au nom du droit et de la raison, c'est mon avis. »

25260



25264



25268



25272



25276



25280



25284



25288



25292



25296



25300



25304



25308



25312



25316



25320



25324



25328



25332



25336



25340



25344



25348



25352



25356



25360



25364



25368



25372



25376



25380



25384



25388



25392



25396



25400



25404


Ramille pour son four chaufer.
A une chaaine de fer
Ot a sa coroie lïé,
Dont li cloet sont delïé,
.I. gaignon grant et merveilleus ;
Meigres estoir et fameilleus,
Le vilein qui le chien tenoit
Choissi le gorpil qui venoit ;
Le chien deslace, si li huie,
Renart le voit, mout li anuie,
Tant fu courouciez et plain d'ire,
Ne sot que faire ne que dire.
Il n'ose vers le chien tourner
Ne vers les reaus retourner,
Que grant pas le vienent suiant,
Tardiz u premier chief devant,
Qui tint la baniere levee.
Adonc a sa regne tournee
Renart au travers d'un plessié,
Ne n'a pas Chantecler lessié,
Ainz l'emporte mout esmaiez.
Li mastins ne s'est delaiez,
Ainçoiz le suit de grant eslés.
Lors pense Renart : « Se je lés
Chantecler aler, que ferai ?
Car anuit mes ne trouverai
Chose dont me puisse souper ;
Et se cil me puet acouper
Qui si me chace pour moi prendre,
Il me fera encui aprendre
Conme ses denz sevent tranchier.
Je ne doi pas avoir tant chier
Ce coc conme mon cors demeine.
D'autre part vint Tardis qui meine
.I. mout grant peuple a sa baniere.
Et se il me meinent arriere,
Je serai mout mal atirié,
Que li rois iert vers moi irié
Por Chantecler qu'il aime et prise.
Mout me poise de ceste prise,
Seur moi en venra le meschief. »
Lors dit Chantecler : « Par mon chief,
A force convient que vous lesse.
Cist matin a esté en lesse,
Que trop me suit delivrement.
Va t'en tost et isnelement.
Je ne t'ai blecié ne malmis,
Et se tu viens a cort, amis,
Ne me soies par ton desroi
En nuisance devers le roi.
— Non ferai je, fet il, biau mestre. »
Lors saut desus .I. arbre a destre,
Si a grant joie demenee,
Et Renart de grant randonnee
S'en va fuiant et a grant corse.
Mes li chiens saut qui li rebourse
La pel du dos jusqu'au crepon.
Ja fust en male souspeçon
Li gorpilz de perdre la vie,
Quant Tardiz qui a grant envie
De lui prandre i est seurvenu.
De ce li est bien avenu
Que il l'a au mastin rescous,
Mes ainz i ot feru mainz cous
Que il en eüst la baillie.
Tantost est entor lui saillie
La compaignie bele et noble
Que li riche empereres Noble
I envoia pour Renart prandre.
Pris et lïé l'ont sanz atandre,
Si l'ont devant le roi mené,
Qui aussi conme forsené
Jure qu'il le fera deffaire,
Ardoir, escorchier ou detraire,
Ou livrer a cruel tormant.
Et Chantecler isnelement
Se plaint de la desconvenue
Qui li est par li avenue.
Li rois dit que droit en avra
Tel con il demander savra,
Que trop li fist grant mesprison.
« Ja ne sera mis en prison,
Ainçoiz le ferai escorchier.
Ne m'en porrai plus bel vengier.
— Sire, fet Renart, entendez,
Jugement de moi entendez.
Au jugement me contendrai
Et vostre merci atandrai.
Onques ne fu nul honme né
Sanz leal jugement mené.
S'en puet en vostre court trouver
Nus qui veille vers moi prouver
Que j'aie fet desleauté
Ne traïson ne fauseté,
Aprestez sui de moi desfandre.
Trop voldrent envers moi mesprandre
Cil qui en terre me metoient,
Mon sens espoir petit doutoient.
Por quel forfet, ce veil oïr,
Me faisoit l'en vis enfoïr ?
Or me dites vostre semblant,
Estoie je pris en emblant ?
La court en fet mout a blasmer,
Bruiant li tors et Brichemer
Et les autres que j'aim et prise
Seront blasmé de ceste emprise.
Chantecler, n'en sui pas en doute,
Avez trete traïson toute,
Ce m'est vis, quise et pourchaciee.
Mainte mauvestié as braciee,
Ceste li doit l'en reprouver.
Encontre son cors veil prouver
Que par lui m'est hui avenue
Iceste grant desconvenue
De moi tout vif en terre metre.
Ja ne s'en deüst entremetre
De moi faire honte et anui.
Se recreant ne l'en rant hui,
A qui que il doie grever,
Fetes moi les .II. iex crever.
— Renart, dit Chantecler, Renart,
Par la foi que je doi Bernart
L'arceprestre que je voi la,
Onques en tel guise n'ala
Li afaires con vous le dites.
Ne vous en iroiz pas si quites
De cest jour d'ui con vous cuidiez.
Ahi ! sainte Pinte, or m'aidiez,
Si voirement con je recort
Que Renart vous ocist a tort
Et si conme je n'i ai coupe
Du blasme de coi il m'encoupe.
— Vos mentez, fet Renart, traïtres,
Por vostre mençonge feïstes
Qu'enterré fui, ce vous creant,
Si vous en rendré recreant,
Ainçoiz que li jours soit passez,
Ou a mort plaiez et quassez.
Ne poez faillir, ainssi n'aille.
— Sire, otroiez moi la bataille,
Fet Chantecler a l'emperere,
Et celi qui recreant ere
Faites ou pendre ou desmembrer.
Il vous devroit bien remembrer
Des anuiz que il vous a fez.
Par Dieu, penduz iert ou desfez
Iceli qui vaincu sera,
Ja autrement n'en passera,
Et c'est droiz et reson, me semble. »
Comment Renart fut empereur Ce est la branche Renart coment il fu Empereres (30)