mardi 5 décembre 2017

Renart médecin - Une envie de mûres




Ysengrin répond : « Oubliez donc cela !
D


ist Ysengrin : « Lessiez ester,
Foi que je dois à saint Germain,
vous ne partirez d'ici ni aujourd'hui ni demain.
— Ah ! seigneur, dit Renart, de grâce,
je ne peux pas rester davantage
car j'ai à faire ailleurs.
— Ma parole, insiste le loup,
vous ne partirez ni aujourd'hui ni demain.
— Ma foi, seigneur, répond Renart,
rien ne me retient ici,
mais je vous promets
que je reviendrai vous voir
dès que je pourrai. »
Ysengrin dit : « Partez alors,
mais jurez-moi sur votre tête
de revenir d'ici quatre jours
pour passer un peu de temps avec moi
car vous êtes mon meilleur ami. »
Renart répond : « D'accord. »
Il prend congé et s'en va,
non-mécontent de se retrouver seul.
En passant par un essart,
il prie Dieu de le guider
là où trouver de la nourriture
pour sa femme,
qu'il a dû laisser seule alors qu'elle est enceinte.
Il aperçoit un peu plus loin un fossé
aussi large que profond,
et s'en approche sans perdre de temps.
Il s'arrête au bord
et reste un moment
pour voir ce qu'il y a dedans.
Il regarde partout
mais ne voit que des ronces,
le fossé en est plein,
il n'y a vraiment que ça.
Puis en regardant mieux,
il voit des mûres, il y en a même beaucoup,
jamais de sa vie
il n'en avait vu autant.
« Ma foi, dit Renart, voici
un bon endroit
pour qui voudrait manger des mûres,
et passer un bon moment. »
Il se met alors à faire
le tour du fossé en cherchant
un moyen d'attraper les mûres.
Mais il ne voit pas comment
il peut les avoir, alors il se met à grogner
de ne pouvoir y arriver.
Sa langue frémit
de gourmandise mais aussi de colère.
Il bondit alors dans le fossé
car il veut absolument en avoir.
Sachez qu'il aurait mieux fait
de se retenir,
car il dévale la pente
et roule jusqu'au fond
sans pouvoir s'arrêter,
et se fait bien mal
qu'il le veuille ou non.
Puis le malheureux essaye d'en sortir
au prix de maints efforts
car le fossé est profond.
Mais il veut en partir à tout prix,
et finit par s'en extirper à grand-peine,
le corps meurtri.
Une fois en dehors,
il se retrouve de nouveau au-dessus
toujours aussi brûlant de gourmandise :
« Mon Dieu, fait-il, aidez-moi !
Pourquoi n'ai-je pas droit à ces mûres ?
Non, ajoute-t-il, je ne partirai pas d'ici
avant d'en avoir, quoi qu'il arrive,
même si je dois rester
jusqu'à la nuit. » Alors il s'assoit,
fort mécontent
de ne pouvoir attraper les mûres.
Il ne prend pas le risque de retomber dans le fossé,
car il a eu trop de peine à s'en sortir.
Puis il se lève d'un coup,
et ramasse une pleine poche de pierres,
qu'il lance sur le buisson
pour faire tomber les mûres.
Il en jette deux bonnes douzaines,
mais les mûres qu'il dégomme
tombent toutes vers le fond.
Renart est bien ennuyé,
et dit avec colère :
« Ça me rend fou d'être là
sans pouvoir manger la moindre mûre.
Il y a pourtant longtemps que j'en ai eues,
mais je jure sur ma tête
que je n'en mangerai plus jamais. »
Là-dessus il s'en retourne,
le cœur triste et malheureux.
À peine a-t-il parcouru
deux ou trois arpents,
qu'il trouve au beau milieu d'un bois,
mon seigneur Ronel gisant
au pied d'un grand arbre.
Ronel se trouve étendu là
après s'être fait battre
par un paysan qui a l'a frappé si fort,
qu'il ne peut plus bouger ni pied ni main,
il a bien failli se faire tuer.
Renart se dirige vers lui
à toute allure,
toujours furieux et déçu
de ne pas avoir eu de mûre.
Il bondit à côté Ronel,
qu'il croit assoupi.
Mais Ronel lui dit
aussitôt : « Seigneur, soyez le bienvenu !
je ne me lève pas pour vous saluer
car j'en suis bien incapable.
— Ne prenez pas la peine de bouger,
lui répond Renart, mais dites-moi donc,
par saint Denis, mon cher ami,
qui vous a mis dans cet état.
— Seigneur, un paysan m'a lâchement battu,
je crois bien que je ne m'en remettrai pas. »
Renart comprend au son de sa voix
qu'il est grièvement blessé,
ce qui n'est pas pour lui déplaire,
car l'autre lui a fait du mal plus d'une fois.
Alors il jette un coup d'œil en aval
du bois pour voir s'il y avait quelqu'un,
et comme il ne voit personne,
il jure sur la tête de son père
qu'il pendra Ronel ici même,
et qu'il n'en réchappera à aucun prix.
Il regarde dans un buisson
et y trouve une corde
jetée là par un paysan.



20940



20944



20948



20952



20956



20960



20964



20968



20972



20976



20980



20984



20988



20992



20996



21000



21004



21008



21012



21016



21020



21024



21028



21032



21036



21040



21044



21048



21052



21056



21060



21064



21068

Qar foi que je doi saint Germain,
Ne vos movrez hui ne demain.
 — Ha ! sire, dist Renart, merci,
Je ne puis plus demorer ci,
Qar j'ai a fere en autre leu.
— N'en irez pas, ce dist li leu,
Hui ne demain, foi que vos doi.
— Sire, dist Renart, par ma foi,
Je ne demorroie por rien.
Mes de verité sachiez bien
Que au plus tost que je porrai
Ici a vos en revendrai. »
Dist Ysengrin : « Dont en iroiz,
Mes vostre foiz me pleviroiz
Que revendroiz dedenz .IIII. jor
Ci illec por fere demor,
Qar mout vos aim en bone foi. »
Et dist Renart : « Ainsi l'otroi. »
 Renart prent congié, si s'em part
Et chemine tout .I. essart
Sanz compaingnie que il ait,
Et prie Dieu que il l'avoit
En tel leu ou viande truisse
Que porter a sa fame puisse
Que il lessa ençainte et grosse.
Lors vit devant lui .I. fosse
Qui mout estoit parfonde et grant,
Lors ne fina, si vint devant.
Desus la fosse s'aresta,
Longuement i fist son esta
Por esgarder que dedenz ot.
Et quant assez regardé ot,
Vit qu'ele fu de ronces plaine
Si durement que a grant paine
I paroit il se ronces non.
Tant a regardé environ
Qu'il vit que meures i ot tant
Que onques mes en son vivant
N'en avoit tant veü ensemble.
« Par foi, fet Renart, il me semble
Que ci se feroit bon logier,
Qui des meures voudroit mengier,
Mout s'i feïst bon osteler. »
Adonc conmença a aler
Entor le fossé por savoir
Se des meures porroit avoir.
Mes il ne voit mie par ont
Il en puist avoir, si en gront,
Por ce que n'i puet avenir.
La langue li prent a fremir
De lecherie et de corrout ;
Enz en la fosse saut debout,
Por ce qu'il en voloit avoir.
Sachiez qu'il ne fist pas savoir,
Quant il ne se pot de tenir ;
A val le covint a venir,
Ou li pesast ou biau li Fust,
Ainz ne fine jusque au fonz Fust
De rooler tout contre val ;
Bien sachiez qu'il ot assez mal.
Ançois qu'il em peüst issir
I a fait li las maint soupir,
Que li fossez estoit tot haut.
Mes conment que li plez en aut,
A grant painne s'en est estors,
Mes mout fu ainz dolent du cors.
Toutevoies est eschapez,
Si est seur la fosse montez
Con cil qui art de lecherie :
« Biau sire Diex, fait il, aïde !
Conment n'avré je nule meure ?
Oïl, fet il, que que demeure,
Je en avré que qu'il anuit,
Ainz i serai jusque a la nuit
Que je n'en aie. » Lors s'asiet.
Et sachiez que pas ne li siet
Que as meures ne puet avaindre,
Ne el fossé ne s'ose empaindre,
Que trop i ot grant painne eüe.
Lors se lieve sanz atendue,
De pierres queut plain son giron,
Si en aroche le buisson
Que les meures en velt abatre.
Bien en i giete .XXIIII.,
Mes celes qu'il a abatues
Sont dedenz la fosse chaües,
Si li anuie mout forment.
Lors dit Renart irieement :
« Je sui fox qui ici demeure,
Quant je ne menjus nule meure.
N'en menjai lonc tens a passé
Et par mon chief je l'ai voué
Que je n'en mengeré ja mes. »
A tant s'en est tornez d'ilés,
Mout ot le cuer tristre et dolent.
Mes il n'est mie alez avant
Plus de .II. arpens ou de .III.,
Quant il trouve en mi .I. bois
Gesant mon seignor Roonel
Desoz .I. arbre grant et bel,
Se vit Roonel estenduz,
Car il avoit esté batuz
D'un vilain et si fort frapez ;
A poi n'avoit esté tuez,
Ne pot movoir ne pié ne main.
Renart s'en vint vers lui de plain
Quant que il puet toz eslessiez.
Mout fu dolent et corrouciez
Des meures ou il ot failli.
Tantost vers Roonel sailli,
Si le cuide trover dormant.
Mes Roonel de maintenant
Li dist : « Sire, bien veniez vos !
Je ne puis lever contre vos,
Qar je n'ai aise ne pouoir.
— Il ne vos estuet ja movoir,
Fait soi Renart, par saint Denis,
Mes dites moi, biaux doz amis,
Qui vos a si vilment feru.
— Sire, .I. vilain qui m'a batu ;
Bien sai n'en porrai eschaper. »
Renart entent bien au parler
Qu'il est mout durement blechiez,
Forment en est esleesciez,
Que mainte foiz li ot fait mal.
Lors regarde tout contre val
Le bois por savoir s'ame orroit,
Et quant il nule ame ne voit,
Jure celui qui l'engendra
Que Roonel illuec pendra,
Que ja n'en avra raençon.
Lors regarde lez .I. buisson,
Si a une corde trouvee
Que .I. vilain i ot boutee.
Comment Renart fut empereur Ce est la branche Renart coment il fu Empereres (30)