samedi 20 janvier 2018

Renart médecin - L'attaque des milans




Ronel n'est pas mécontent
B


ien ot Roonel son talent,
de voir le roi si préoccupé
par la gravité de son état,
et d'être pris en charge comme il faut.
Tout le monde exécute les ordres
sans discuter,
et ils avancent tranquillement au pas,
sans faire le moindre mal à Ronel,
ce qui n'est pas pour lui déplaire.
Ils mettent du temps à traverser la forêt,
puis finissent pas en sortir.
Personne ne songe à quitter le convoi
jusqu'à l'arrivée à la demeure
de monseigneur Noble le lion.
Ils s'arrêtent au pas de la porte,
puis Brichemer et Brun l'ours transportent
Ronel dans la salle à l'étage.
Son teint est toujours très pâle
à cause des coups qu'il a reçus,
et de sa pendaison,
il a vraiment perdu toutes ses couleurs.
Le roi convoque ses médecins,
et leur demande de s'occuper
de lui en y mettant tous leurs efforts,
comme il ferait pour lui-même.
Les médecins arrivent de Nîmes
et de Montpellier
suite à la demande du roi.
Ils mettent tout leur talent
pour panser les plaies de Ronel,
qui se rétablit rapidement et guérit
avant la fin du mois.
Cela fait plaisir à tout le monde
y compris le roi, qui l'aime beaucoup.
Les barons se réjouissent aussi
de le voir complètement rétabli.
Le roi veut que tous apprennent
la bonne nouvelle
et qu'on fasse la fête.
Il hoche la tête de joie,
tellement il est content que le chien
soit guéri et en pleine forme,
tout comme ses barons.
Mais, laissons de côté
ce qui se passe à la cour,
nous y reviendrons plus tard.
Parlons plutôt de Renart
qui chevauche à toute allure,
dans la joie et la bonne humeur.
Il se dirige vers un orme
d'une très grande taille,
car il aperçoit tout en haut
un beau nid de milans.
Il y a dedans quatre petits
aussi dodus que leur père et mère.
Renart jure sur l'âme de son père
qu'il va y aller tout droit
si les milans ne l'en empêchent pas,
et qu'il va bien se venger sur eux
si personne ne s'oppose à lui.
Alors il retrousse ses manches
et commence à grimper à l'arbre.
Il monte comme il peut jusqu'en haut,
et arrive au nid sans hésiter.
Il se jette dessus comme un enragé
et les mange tous les quatre,
tellement il a faim.
Il a maintenant le ventre plein,
mais voici les milans qui arrivent
avant qu'il ait pu redescendre.
Les milans sont fous furieux
de ne pas retrouver leurs petits,
et ne pensent qu'à se venger.
Mais Renart n'a pas le temps de se tirer
à cause de sa panse trop pleine.
L'un des milans s'avance vers lui
et lui donne un tel coup
qu'il dégringole par terre,
et a bien failli être blessé.
Renart se redresse aussi vite
pour essayer de s'échapper.
Mais l'autre milan lui coupe la route,
aussi furieux qu'un dragon,
il le saisit par la pelisse
et le renverse à terre,
puis tous deux lui tombent dessus
et se mettent à le cogner.
Ils le traînent dans tous les sens,
le battent avec les ailes et les pattes,
et le frappent avec leurs becs comme des enragés.
Renart est incapable de se défendre.
Ils l'attrapent avec leurs serres
et lui rentrent dans la chair.
Mais Renart jette sa gueule dans la mêlée
aussi fort que possible,
et attrape l'un des milans
à travers le cou, qu'il serre si fort
et lui coupe en deux,
puis il le met en pièces.
L'autre milan n'a pas peur pour autant,
il n'a plus rien à perdre,
il s'approche de lui et le frappe
à coups répétés.
Renart est mis à mal
car l'autre n'a peur de rien,
il saute dessus par colère
et lui fait tout le mal qu'il peut.
Renart n'a pas le temps de crier
et ne cherche pas à demander pitié
car rien n'y changera.
Il est à deux doigts de se faire occire
sans espoir d'en réchapper,
ou de se faire crever les yeux,
quand il bondit comme un fou,
et lui saisit le cou à pleines dents
qu'il enfonce profondément.
Il n'y va pas de mainmorte
et le tue net
dans un sursaut de bravoure.
Puis, il se couche sur place
incapable de faire un pas de plus,
même pour cinq cents livres.
Voici qu'un chevalier passe
par là, accompagné
d'un écuyer et d'un valet.
Ils arrivent à vive allure
entre le bois et l'essart,
quand ils aperçoivent Renart
étendu à la renverse en travers du chemin.
Son visage est blême
à cause de ses blessures,
il a la peau tout écorchée.
Le chevalier le regarde,
puis appelle son écuyer
et lui dit : « Grâce à Dieu,
n'est-ce point un goupil qui gît là ?
— Ma foi, oui, seigneur,
mais je crois qu'il est mort. »
Le chevalier ajoute : « À mon avis,
c'est ce milan qui l'a tué,
mais le goupil les a eus tous les deux.
— Seigneur, fait-il, c'est curieux,
le goupil est pourtant très malin.
J'aimerais avoir sa peau
qui me serait bien utile.
— Tu as raison, répond le chevalier,
fais-le donc porter à la maison,
sa peau est belle et de saison. »
21200



21204



21208



21212



21216



21220



21224



21228



21232



21236



21240



21244



21248



21252



21256



21260



21264



21268



21272



21276



21280



21284



21288



21292



21296



21300



21304



21308



21312



21316



21320



21324



21328



21332



21336



21340



21344

Quant voit gue li rois est dolent
Por lui qui malades estoit,
Sel mainne si con il vouloit.
Ne onques son conmandement
Ne trespassa nus de noient,
Ainz s'en vont belement le pas,
Et sachiez qu'il ne nuisent pas
A Roonel, ançois li plest.
Tant ont erré par la forest
Qu'il sont esloingnié grant partie.
Onques n'i ot gent departie,
Si sont venuz a la maison
Mon seignor Noble le lion.
Descenduz sont devant la porte ;
Brichemer et Brun l'ors aporte
Roonel a mont en la sale,
Qui ot le vis et taint et pale
Por les cox que ot receüz,
Et por ce que il fu penduz,
Pales fu et descoulorez.
Li rois a ses mires mandez,
Et lor prie qu'il s'entremetent
De lui et que grant paine i metent,
Aussi grant con a lui meïsmes.
Li mires i vindrent de Nimes
Et de Monpellier par dela
Por li rois qui les em pria,
I ont mis tostens lor entente ;
En toutes les plaies ot tente.
Ançois que li mois fust passez,
Fu il gariz et respassez.
Si en fu bel a tiex i ot
Et au roi qui forment l'amot :
De ce qu'i l'ont rendu tot sain
Sont li baron de joie plain
Si en demenerent grant joie,
Et li rois qui velt que l'en l'oie
Et qu'en sache c'on en fet feste,
En croule de joie la teste.
Li rois fet joie por le chien
Qui est gariz et bel et bien,
Si font tuit li autre baron.
Ici de la cort vos lairon,
Et quant lieu en sera et tens,
Si vos en diron tout a tens.
 Des or de Renart vos diron,
Qui chevauchoit a esperon
Tout plain de joie et de leesce.
Devers .I. grant orme s'adrece
Et grant et haut et parcreü.
A mont regarde, s'a veü
.I. ni d'escoufle qui fu biax ;
Dedenz avoit .IIII. escoufliax
Aussi druz conme pere et mere.
Renart jure l'ame son pere
Qu'il est venuz a droite voie,
Se l'escoufle ne le desvoie.
Mes il s'en voudra bien vengier,
S'i li mainne point de dangier.
Lors se conmance a rebracier,
A mont l'arbre prant a puier,
Au miex qu'il pot monter en haut,
Au ni en vint que pas ne faut.
Conme desvez et esragiez,
Si les a toz .IIII. mengiez,
Qar en son cuer avoit grant fain.
Or en a il son ventre plain,
Mes ainz que il fust descenduz
Es vos li escoufles venuz.
Quant il n'a ses faons trovez,
Si li corut conme desvez,
Bien entalentez de mal fere.
Renart ne se pot arier trere,
Que trop avoir plainne la pance.
Li uns des escoufles s'avance,
Si a donné Renart tel flat
Que jus a la terre l'abat,
A poi n'a esté mahaingniez.
Renart est mout tost redreciez
Que fouir s'en voloit a tant ;
Mes li autre vint au devant
Touz aïrez conme dragon,
Renart saisi au peliçon
Si l'a a la terre abatu,
Mout par ont bien Renart batu.
 Anbedui li corurent sus,
Si le traïnent sus et jus,
Batant des eles et des piez,
Des bes fierent con esragiez,
Ne Renart ne se pot desfendre.
As ongles le corurent prendre,
En la char li metent dedenz,
Et Renart si giete les denz
A tant de force con il l'a :
L'une des escoufles prise a
Par mi le cuer, sel destraint si
Que le cuer en .II. li parti,
Si l'a despechie trestoute.
L'autre escoufle por ce ne doute
Ne plus a enviz nel requiert,
Vers lui s'en vint et puis le fiert
Grant coup et menu et sovent.
Mout va a Renart malement,
Car cil qui estoit sanz peor,
Li corut seure par iror,
Si li fait tout le pis qu'il pot.
Ainz Renart tant crïer ne sot,
Ne merci querre ne trouver,
Que il em peüst point trover.
Ocis l'eüst tout vraiement,
Ja de la mort n'eüst garant,
Ja li eüst les eulz crevez,
Quant Renart saut conme desvez,
Si l'a pris par le col as denz
Que toutes li enbati enz.
Il ne l'espargna illec mie,
Du cors li a traite la vie
Con cil qui fu preuz et delivres.
Mes qu'il li donnast .VC. livres,
Ne marchast il .I. pas avant ;
La se couche. Es vos a tant
.I. chevalier qui trespassoit
Par illeques, et si menoit
.I. escuier et .I. garçon.
Si con il viennent a bandon
Par entre le bois et l'essart,
Gardent, si ont veü Renart
En mi le chemin tout envers ;
Mout ot le vis et pale et pers
Si con il ot esté bleciez,
Si ot le cuir tot detranchiez.
Le chevalier l'a regardé,
Son escuier a apelé,
Si li a dit : « Se Diex t'aït,
N'est ce gorpil qui ci se gist ?
— Oïl, sire, foi que vos doi,
Mes il est mort si con je croi. »
Dist li chevalier : « Ce m'est vis
Que cil escoufle l'a ocis
Et il les a mors ambedeus.
— Sire, fait il, ce n'est pas gieus,
Gorpil set trop de mal por voir.
De cestui voil la pel avoir,
Bien me porra avoir mestier.
— Tu diz bien, fait li chevalier,
Fai le donc porter en maison,
La pel est bone et de saison. »
Comment Renart fut empereur Ce est la branche Renart coment il fu Empereres (30)
Notes de traduction (afficher)