samedi 11 novembre 2017

Renart médecin - Dur réveil pour Ysengrin




Renart vient tout juste
L


ors s'est en .I. buisson assis,
de s’asseoir dans un buisson,
qu'il voit venir un paysan.
Il porte dans la main un gros bâton
fait de bois de houx.
Renart le roux est fou de joie
de le voir prendre
le chemin
dans sa direction.
Quand le paysan aperçoit Ysengrin
attaché par les pattes arrière,
il accélère le pas.
Il lève le bâton avec fougue,
et court pour frapper le loup
derrière la tête.
Ysengrin devra s'en prendre à lui-même
de s'être endormi ici.
Il ouvre grands les yeux,
et voit le paysan
en train d'ajuster son coup,
prêt à le frapper.
Ysengrin va pour se relever
et se jeter sur le paysan,
mais il retombe aussi sec
car il ne peut tenir sur ses pattes.
Le paysan se met à le frapper
à coups redoublés avec son bâton,
Ysengrin passe un sale moment.
Mais à force de s'agiter dans tous les sens,
il parvient à déséquilibrer le paysan
et à le faire tomber de tout son long.
Sous l'emprise de la colère, le loup le saisit
à pleines dents et le mord durement.
Le paysan a alors grand-peur de mourir,
et il a bien raison.
Il supplie Dieu et les tous les saints
de prendre pitié de lui et de le protéger
pour qu'Ysengrin ne lui fasse pas de mal.
Mais Ysengrin, fou de rage,
coince le paysan sous lui,
l'écrase et le mord avec force,
il va lui couper le souffle.
Il va l'avoir, sachez-le bien,
mais le paysan se débat
et reprend courage, il retrouve son souffle
et finit par s'extirper avec grand-peine.
Il est salement amoché,
et prend aussitôt la fuite.
Sachez que même pour un marc d'or fin,
il ne retournerait pas se frotter à Ysengrin.
Il part en courant, content, mais fâché
d'être si vilainement blessé.
Quand Renart le voit partir,
il s'éloigne un peu
sans se faire voir d'Ysengrin,
puis rejoint le chemin un peu plus haut,
là où il s'élargit,
et revient en chantant à voix haute,
une chanson d'amour
toute nouvelle et fort jolie.
Il a même mis un chapeau en feuillage sur la tête,
et joue celui qui est heureux de vivre,
tout en faisant semblant de ne pas être au courant
des ennuis d'Ysengrin.
Quand Ysengrin le voit arriver,
il lui crie haut et fort :
« Par ici, Renart, mon très cher ami !
Je viens de passer un sale moment.
Je me suis retrouvé là,
les deux pattes solidement attachées
par une corde à ce grand chêne,
quand un paysan s'est mis à me battre
avec un bâton, il m'a donné tant de coups
que j'en ai les os tout ramollis.
Il a bien failli me tuer,
mais je lui ai mis une sacrée volée,
et il y a laissé des plumes,
c'est la vérité, sachez-le,
ce qui m'a réconforté dans mon malheur.
— Ma foi, fait Renart, voilà qui me fait plaisir,
mais je suis vraiment désolé pour vous,
il va falloir vous détacher maintenant.
Franchement, je vous le dis,
j'aurais préféré me faire battre
à votre place
car vous êtes mon ami. »
Ysengrin dit : « Je vous crois volontiers,
alors détachez-moi au nom de notre amitié,
et je vous en serai reconnaissant. »
Renart répond : « Avec plaisir ! »
Renart s'empresse alors de délier la corde
pour libérer ses pattes
aussi rapidement que possible.
Ysengrin qui n'attendait que ça,
bondit sur ses pattes.
Puis, il embrasse Renart
et lui dit : « Renart, par saint Éloi,
je vous aime du fond du cœur.
J'aurais tort de ne pas vous aimer
car vous m'avez sauvé de la mort.
Sans votre intervention, sachez-le,
j'aurais fini par me faire tuer ici-même,
mais Dieu, qui m'aime, en a voulu autrement.
Vous avez toute ma gratitude,
et je vous invite sur-le-champ
à partager avec moi
une bonne cuisse d'agnelet
que j'ai en réserve chez moi.
Allons-y de ce pas ! »
Là-dessus, Renart et Ysengrin
prennent le sentier ensemble,
et vont d'une traite
jusqu'à la maison
de seigneur Ysengrin, le baron des lieux,
d'ailleurs entourés de murs fort solides.
Ils y trouvent dame Hersent
qui les accueille chaleureusement.
Elle leur prépare aussitôt un repas
copieux, comme elle sait faire,
avec au menu
de l'agneau rôti et des chapons au pot,
dont les deux barons se régalent
jusqu'à satiété.
Mais, Renart ne veut pas rester davantage,
et souhaite prendre congé maintenant.
Il demande alors à dame Hersent
la permission de se retirer
sur ses terres
afin d'y chasser de quoi nourrir les siens.
20808



20812



20816



20820



20824



20828



20832



20836



20840



20844



20848



20852



20856



20860



20864



20868



20872



20876



20880



20884



20888



20892



20896



20900



20904



20908



20912



20916



20920



20924



20928



20932


Mes n'i ot mie grantment sis,
Quant il vit venir .I. vilain
Qui .I. baston porte en sa main
Qui estoit gros et ert de hous.
Quant l'aparçoit Renart li rous,
Mout en a en son cuer grant joie,
Et li vilain ne se desvoie,
Ainz s'en va trestout le chemin.
Quant le vilain vit Ysengrin
Qui fu lïez devers les piez,
Vers Ysengrin s'est eslessiez ;
Le baston hauce par aïr,
Si corut Ysengrin ferir
Par mi le chaaingnon du col.
Bien se pot or tenir por fol,
Quant il illeques s'en dormi ;
Tout maintenant les eulz ovri,
Si a le vilain regardé
Qui avoit son coup entesé ;
Ferir le volt sanz atargier.
Ysengrin se cuida drecier,
Au vilain voloit corre sus,
Mes maintenant rechaï jus,
Que il ne pot sor piez ester.
Le vilain le prent a fraper
Du baston menu et sovent.
A Ysengrin va malement,
Tant se detort et degeta
Que le vilain souz lui jeta ;
Tot estenduz le fist chaïr,
Li lous le prent par grant aïr
As denz et durement le mort.
Or a mout grant peor de mort
Li vilain, si a grant reson ;
Forment prie Dieu et son non
Que il le gart, si par sa grace
Que Ysengrin mal ne li face.
 Isengrin ot le cuer iré,
Le vilain a souz lui jeté,
Durement le mort et destraint,
A poi le cuer ne li estaint.
Si eüst il, bien le sachiez,
Mes li vilain s'est esforciez,
Si a repris cuer et alainne,
De lui s'estort a mout grant painne.
Mout fu malement atornez,
Tantost est en fuie tornez,
Mais sachoiz por .I. mars d'or fin
Ne retornast vers Ysengrin.
Fuiant s'en vet tot corouciez,
Car durement estoit bleciez.
Quant Renart voit que il s'en vet,
.I. petitet en sus se tret ;
Ne velt que Ysengrin le voie.
El chemin entre et en la voie
Qui mout estoit et large et grant,
A haute voiz s'en vet chantant
Une chançon toute novele
D'amoretes qui mout ert bele.
.I. chapelet ot en sa teste,
Mout mainne grant joie et grant feste
Et fait semblant que riens ne sache
D'Ysengrin ne de son donmage.
Quant Ysengrin le voit venant,
Si li escrie hautement :
« Or ça, Renart, biau douz amis,
A poi que n'ai esté malmis ;
Qar ici me trouve lïez
D'une hart par mi les .II. piez
Mout fort a cest chesne branchu,
Et .I. vilain qui m'a batu
D'un baston m'a tant donné cox
Que trestouz les os en ai mox ;
A poi que il ne m'a tué.
Mes je le rai mout bien plumé,
Bien li ai les chevex sachiez,
Tout de veritez le sachiez,
Par qoi je m'en confort plus bel.
— Par foi, fet Renart, ce m'est bel.
Mes de vos sui forment irez,
Mes vos serez ja deslïez.
Ice vos di, foi que doi vos
Qui estes mes comperes dous,
Que miex amasse estre batuz
Que ci vos fussiez enbatuz. »
Dist Ysengrin : « Bien vos en croi.
Mes par amors deslïez moi,
Et je vos en savré bon gré. »
Dist Renart : « Ce me vient a gré. »
Lors le cort deslïer Renart,
Les piez li oste de la hart,
Que il n'i a demoré plus ;
Et Ysengrin est sailli sus,
Qar mout en ot grant desirrier.
Or est alez Renart besier
Et dist : « Renart, par saint Eloi,
Je vos aim mout en bonne foi.
Se je vos aing, je n'ai pas tort,
Car vos m'avez gari de mort.
Que mort fusse, bien le sachiez,
Se ci ne fussiez repairiez.
Diex le fist por l'amor de moi.
Mes par la foi que je vos doi,
Orendroites sanz delaier
Vendrez aveques moi mengier
Une cuisse d'aignel novel
Que j'ai lessie en mon ostel ;
Or en venez sanz atargier ! »
A tant se metent el sentier
Entre Renart et Ysengrin,
Onques ne guerpirent chemin,
Si sont venu en la meson
Seingnor Ysengrin le baron
Qui bien estoit de mur fremee.
Dame Hersent i ont trouvee
Qui mout grant joie lor a faite.
Tantost a mengier lor afete
Tel viande con ele pot :
Aigniax rostiz, chapons en pot
Lor apareilla a foison,
Si en mengierent li baron
Tant conme leur vint a talent.
Renart ne se fist mie lent,
Ainz dist qu'il s'en voloit aler ;
A dame Hersent va parler
Por congié demander et querre,
Car aler s'en velt en sa terre
Son preu porchacier et trover.
Comment Renart fut empereur Ce est la branche Renart coment il fu Empereres (30)
Notes de traduction (afficher)