mardi 3 juillet 2018

Renart médecin - La lettre du roi




Renart s'en va, la joie au cœur,
R


enart s'en va, s'a son cuer lié,
l'épée bien en main,
aussi solide que légère et bien affûtée.
Il éperonne son cheval
qui l'emmène à vive allure.
Il a chargé ses provisions
sur le cheval du limaçon,
ma foi fort docile,
et le dirige en le tenant par la bride.
Il aperçoit, sur la gauche,
un messager arrivant
à toute vitesse,
tellement il éperonne sa monture.
Il semble que ce soit un militaire,
et il a l'air très pressé.
Celui-ci salue Renart dès qu'il le voit :
« Seigneur, fait-il, que Dieu vous protège
du haut des cieux avec tous les saints ! »
Renart lui répond comme il convient :
« Que Dieu te bénisse mon ami !
D'où viens-tu, où vas-tu et que veux-tu ?
— Seigneur, lui répond le messager,
je vais vous le dire sans détour.
Monseigneur Noble le lion
m'a envoyé à vous,
car vous êtes l'un de ses meilleurs amis,
un de ceux qu'il apprécie le plus.
Je crois même qu'il n'y en a aucun autre
au monde qu'il aime autant.
Il me charge de vous remettre cette lettre,
tenez, ouvrez-la. »
Renart la prend avec plaisir,
brise le sceau,
et lit la lettre en entier.
Il sait parfaitement ce qu'il faut répondre,
et dit au messager :
« Mon ami, sachez en toute confiance,
que je vais partir de ce pas chez le roi
puisqu'il le demande,
et que je ne lui ferai pas défaut. »
L'autre lui répond : « Je vous en remercie. »
Il prend congé, puis s'en va.
Renart fait de même,
le faucon à la main,
en homme averti.
En chemin, il rencontre Grimbert
son cousin qui le salue :
« Bien le bonjour !
fait Grimbert, d'où venez-vous donc ?
— Cher cousin, que Dieu vous bénisse !
répond Renart,
montez donc sur ce cheval que j'ai là,
et allons ensemble à la cour du roi. »
Grimbert ne se fait pas prier, au contraire,
et lui répond : « Seigneur, bien volontiers. »
Il met le pied à l'étrier
aussitôt l'invitation faite,
et grimpe lestement
sans perdre une seconde.
Renart a là un bon écuyer avec lui.
Une fois bien installé,
il lui met le bouclier au cou,
et l'épée à la main,
car il faut prendre soin d'un tel compagnon.
Quant à lui, il porte son faucon sur le poing.
Tous deux s'amusent bien le long du chemin,
et n'arrêtent pas parler.
Ils n'ont pas été bien loin,
quand ils rencontrent Percehaie,
le fils aîné de Renart,
arrivant à bride abattue.
Mais, il fait une bien triste mine,
il embrasse son père
qui le salue en retour
et lui demande ce qui se passe.
« Mon Dieu, fait-il, il nous arrive
un grand malheur, mon très cher père.
— Quoi donc, fait-il ? — Ma mère est morte.
— Morte ? fait Renart, oh doux seigneur ! »
La nouvelle
lui fend le cœur,
il est à deux doigts de se sentir mal
tellement submergé par le chagrin :
« Ah ! Hermeline, ma tendre amie,
fait-il, que vais-je faire sans elle ? »
Percehaie lui dit : « Mon père,
il ne faut pas se laisser aller
ni perdre courage.
— Malheur ! dit Renart, que vais-je devenir ?
pourrai-je un jour me consoler ?
En vérité, je ne le pourrai pas.
Mon fils, ne vous attardez pas ici,
retournez plutôt sur vos pas,
et amenez vos deux frères
à la cour de Noble le lion.
Vous serez faits tous trois chevaliers
avant la Pentecôte,
quoi qu'il en soit,
car une terrible guerre se prépare.
Soyez tous à la cour
le plus rapidement possible.
— D'accord, seigneur,
nous le ferons volontiers. »
Là-dessus, ils se séparent
et partent aussitôt
à grande allure à travers le bois.
Grimbert, toujours à ses côtés,
le réconforte du mieux qu'il peut.
Après un long trajet,
ils arrivent enfin à la cour.
Renart et le blaireau
descendent devant le perron,
tandis que seigneur Tiécelin le corbeau
s'occupe des deux chevaux,
de leurs lances et boucliers.
Ils montent ensuite dans le palais
à la rencontre de l'empereur,
qu'ils saluent noblement,
et Renart, qui connaît bien les usages,
s'agenouille devant lui.
Le roi lui demande de se lever
et de s'asseoir à côté de lui,
puis lui dit : « Je vous ai convoqué
car j'ai grand besoin de votre aide
contre les païens qui me font la guerre.
Ils sont arrivés sur mes terres,
sous la conduite des chameaux.
Ils ont déjà pris deux de mes châteaux
les mieux fortifiés.
Ils avancent tellement vite :
éléphants, tigres et panthères
fous de rage,
buffles et dromadaires
le cœur rempli de haine,
vipères et serpents,
lézards et couleuvres à n'en plus finir,
je redoute qu'ils nous humilient. »
Renart répond : « Voilà qui augure mal.
Convoquez vos hommes sans plus attendre,
et nous irons défendre votre terre.


22344



22348



22352



22356



22360



22364



22368



22372



22376



22380



22384



22388



22392



22396



22400



22404



22408



22412



22416



22420



22424



22428



22432



22436



22440



22444



22448



22452



22456



22460



22464



22468



22472



22476



22480
En son poing porte son espié
Fort et legier et bien plané.
Le cheval a esperonné
Qui li vet de mout grant alee.
Sa vitaille avoit trossee
Sor le cheval au limaçon
Qui tant ert de gente façon
Par la resne le mainne en destre.
Devant lui regarde a senestre
Et voit .I. mesagier venant.
Sor .I. cheval esperonnant
Hastivement venoit et tost.
Il resemble qu'il viengne d'ost,
Que de tost venir s'esvertue.
Ou voit Renart, si le salue :
« Sire, fet il, cil Diex vos maint
Qui la a mont es sainz cieus maint ! »
Renart mout bel li respondi :
« Amis, Diex beneïe ti !
Dont viens, ore ou vas et que quiers ?
— Sire, ce dist li mesagiers,
Droiz est que le voir vos dions.
Mesire Noble li lions
M'a ci illuec a vos tramis
Conme a .I. des meillors amis
Que il ait et qu'il aime plus.
Je ne cuit qu'en cest mont ait nus
Que il aint autant conme vos.
Cest brief vos envoie par nos,
Tenez le et si le brisiez. »
Renart le prent, s'en fu mout liez.
 Renart a bruisié le seel,
Puis lut la letre bien et bel.
Bien sot a dire qu'il i a,
Le mesagier aresonna
Et dist : « Amis, foi que vos doi,
Je m'en iré par tens au roi.
De ce qu'il requiert sache bien
Que je ne li faudré de rien. »
Cil li respont : « Vostre merci. »
Congié prent, si s'en part issi,
Et Renart s'en vet autre si,
Son faucon desor son poing tint ;
Mout resemble bien honme apert.
Devant li encontre Grimbert
Son cousin qui l'a salué :
« Bon jor aiez hui ajorné !
Fait Grimbert, et dont venez vos ?
— Cousin, Diex beneïe vos !
Fait Renart quant il l'ot parler,
Venez sus cest cheval monter,
S'en irons moi et vos a cort. »
Lors ne fist pas Grimbert le sort,
Ainz dist : « Sire, mout volentiers. »
Montez i est par son estrier.
 Quant Grimbert ot conmandement,
Il est montez isnelement,
Que il n'i volt plus delaier.
Or a Renart bon escuier ;
Tout maintenant que montez fu,
Lors li a mis au col l'escu
Et l'espié li baille en son poing ;
De tel compaingnon avoit soing.
Desor son poing son faucon porte,
En aler forment se deporte,
Et vont andui parlant ensemble.
Mes poi ont alé, ce me semble,
Quant Percehaie ont encontré :
Ce fu le filz Renart l'ainsné.
Mout venoit grant duel demenant
Sor .I. cheval esperonnant.
Son pere a tantost acolé,
Et Renart si l'a salué,
Demande lui conment estent.
« Par Dieu, fet il, mauvesement
Nos est avenu, biax doz pere.
— Conment fet il ? — Morte est ma mere.
— Morte ? fet Renart, biau doz sire ! »
Mout en a en son cuer grant ire,
Quant il la novele entent,
A poi que li cuer ne li fent.
Mout en ot grant duel en son cuer :
« Ha ! Hermeline, bele suer,
Fait se il, que porré je fere ? »
Percehaie li dist : « Biau pere,
Cel duel vos covient a lessier,
Desconforter n'i a mestier.
— Las ! dist Renart, et que feré ?
Et conment me conforteré ?
Voir conforter ne me porroie,
Filz, or en alez toute voie
Ariere, si ne demorez,
Et vos .II. freres m'amenez
A la cort Noble le lion.
De vos .III. chevaliers feron
Mes que viengne la Pentecoste,
Qui que soit bel ne qui que coste,
Que aurai mout grant guerre sort.
Alez les amener a cort
Mout tost et mout delivrement.
— Sire, vostre conmandement
Ferai, volentiers je l'otroi. »
A tant departirent tuit troi
Grant aleüre, par le bois
Si alerent tot demanois.
Grimbert fu lez lui a sa coste
Qui au miex qu'il puet le conforte.
Tant ont a errer entendu
Que il sont a la cort venu.
Entre Renart et le taisson
Andui descendent au perron,
Et dant Tiecelin li corbiax
Reçut ambedeus les chevax
Et lances et escuz aprés.
Puis en sont montez el palés
Ou l'empereeur ont trové,
Si l'ont gentement salué,
Et Renart con bien ensaingniez
S'est devant lui agenoilliez.
Li rois conmande qu'il se liet,
Maintenant delez lui l'asiet
Et dist li rois : « Mandez vos ai,
Qar mout tres grant besoing en ai
Por paiens qui me font grant guerre.
Il sont ja entrez en ma terre,
Et si les conduit li chameus.
De mes chastiax a pris ja .II.
Des meillors, des plus fors du mont.
Tant ont feru des esperons
Et olifant et tygre et noire
Que tuit ont perdu lor memoire,
Bugles, dromadaires legiers
Qui mout ont les coraiges fiers.
Guivres, serpenz, ne sai le conte,
Mout dout que ne me facent honte ;
Lesardes i a et couluevres. »
Dist Renart : « Ci a males oevres.
Mandez voz genz sanz plus atendre,
S'iron vostre terre desfendre.
Comment Renart fut empereur Ce est la branche Renart coment il fu Empereres (30)
Notes de traduction (afficher)