samedi 26 mars 2016

Le paysan Liétart - Brun n'est pas fou




— Liétart, fait-il, tu ne l'auras pas,
L


ietart, fet il, n'en avras point.
et ne me prends pas pour un idiot.
À trop attendre, on finit par tout perdre,
je le tiens de Renart, expert en tromperie,
qui a dit aussi : mieux vaut tenir que quérir.
Il faudrait que je sois fou de naissance,
pour te rendre ce qui m'appartient,
et je le serais d'autant plus,
en le faisant seulement pour tes belles paroles,
alors que ça me tient tant à cœur.
Bien fou qui prend autrui pour fou !
Si je remettais à demain
ce que j'ai à portée de main,
tu serais en droit de me prendre
pour un fou avéré.
Si je venais à abandonner
ce bien qui est maintenant à moi,
alors je me serais fait piéger comme un imbécile.
Si je le laissais s'échapper de mes mains,
je crois bien, par saint Jean,
que je ne le reverrais plus de l'année.
Tu ferais tout ton possible pour éviter
de te trouver sur mon chemin.
Tu m'aurais ainsi joué un sale tour,
et comme on dit : pour bien fait, cou brisé,
ou encore : pour un bon service, on est rendu en mal.
Si je te croyais sur parole,
tu aurais vite fait de la renier.
Je me méfie de tous les paysans du monde,
à cause de l'un d'eux dont je me souviens bien,
comme on dit : chat échaudé craint l'eau froide.
Je me suis vraiment bien fait avoir
par une saleté de paysan de la pire espèce,
qui n'a pas tenu sa parole cette année,
sans jamais s'en repentir,
ni me demander pardon,
ou me faire amende honorable.
C'était avant les vendanges,
quand il a juré devant Dieu et tous ses anges,
que s'il lui donnait la joie éternelle,
il se rendrait directement chez moi,
et que si Dieu lui donnait la santé,
il me donnerait une grande quantité
de ses rayons de miel,
que j'aime le plus au monde,
si je lui rendais ses deux chevaux,
que je comptais manger le soir même.
Je l'ai cru sur parole, ce qui est bien bête,
car il n'y a pas de pire gage
que celui d'un paysan.
Je ne les aime pas beaucoup,
car celui-là m'a bien menti.
Je n'ai plus envie de leur faire confiance,
aucun honnête homme ne devrait les avoir en estime.
On ne peut ni diriger
ni contraindre un paysan.
Il se croit tiré d'affaire,
quand on veut bien le croire sur parole,
et ne fera même pas un effort
pour demander pardon.
Le paysan n'a que du mépris pour la parole donnée,
il n'y accorde aucune valeur.
Il faut vraiment être fou pour lui rendre justice,
quand on peut le traiter autrement,
car il se fiche de tout.
Je ne conseille pas à un seigneur terrien,
qui a pris et enfermé un de ces paysans
à cause de la taille, ou pour un forfait,
de le laisser partir libre
sur sa seule parole,
car rien n'est moins garanti.
Je dis cela parce que j'en ai fait les frais.
Le paysan n'est pas du tout troublé
quand il s'agit de jurer sa foi.
Aucun homme honnête ne doit s'y fier.
Je ne sais comment croire
que tu serais prêt à renoncer à Rougel ton bœuf,
car, si je t'écoutais, je redoute déjà
la tricherie et la mauvaise foi,
que j'ai maintes fois trouvées chez tes semblables.
— Seigneur Brun, c'est la pure vérité,
lui répond le paysan en pleurant fort.
Je le sais bien, que Dieu m'en soit témoin,
il y a toutes sortes de gens en ce bas monde,
certains qui sont exempts de tout péché,
et beaucoup qui sont souillés
de tous les péchés mortels.
Nombreux sont les fourbes,
il y en a plus que de saints,
qui ne se troublent pas à l'idée
de trahir leur parole pour un rien.
Mais, d'autres, et ce n'est pas une fable,
sont honnêtes et sincères,
le cœur tourné vers dieu,
qui ne voudraient à aucun prix
ni pour aucune raison manquer à leur parole.
Que Dieu ne me laisse jamais
renier ma parole envers quiconque.
Il faudrait que je sois vraiment en proie au péché,
et que Dieu m'ait abandonné,
pour que je manque à ma parole.
Pour l'amour de Dieu, laissez-moi Rougel,
il vous sera rendu sans faute demain.
Par la foi que je dois à Brunmatin
ma femme, demain matin,
ici même, je vous le ramènerai,
et je ne vous ferai pas faux bond. »
Brun l'ours lui dit : « D'accord, emmène-le,
et donne-lui donc du foin et de l'avoine.
Je voudrais qu'il soit plus gras,
mais je sais que ça n'est pas possible,
car il lui faudrait un long repos.
Je comptais bien en faire mon dîner
pour calmer ma faim,
mais je l'apprécierai tout autant
demain que maintenant.
Je vais de ce pas chercher une autre proie. »



16704



16708



16712



16716



16720



16724



16728



16732



16736



16740



16744



16748



16752



16756



16760



16764



16768



16772



16776



16780



16784



16788



16792



16796



16800



16804



16808



16812



16816
Ne me tenez mie a estruit.
Qui aise atent, aise li fuit :
De Renart qui guiler ne fine
Tien ge cest sens : mout vaut sesine.
Se je rent ce dont sui saisiz,
Dont seroie je fox naïs.
Certes mout en seroie fol,
Se ce que je tieng an mon col
Rendoie par bele parole :
Mout est cil fox qui fox afole.
Se ge metoie hui a demain
Ce que je tieng ore en ma main,
Dont m'aroies tu bien trové
Apertement por fol prové,
S'en aventure me metoie
De la chose qui or est moie,
Bien seroie fox atapez.
Se de mes mains ere eschapez,
Je cuit et croi, par saint Johan,
Ne revendroies mes ouan.
A ton pooir te garderoies
De metre toi en mi mes voies.
Einssi m'avroies tu mal fet,
Que l'en dit : de bien fet col fret.
Mal por bien a l'en por servise.
Se ta foi en avoie prise,
Tost en mentiroies ta foi.
Tot les vilains del mont mescroi
Por .I. vilain dont me sovient,
L'en dit : eschaudé eve crient ;
Par foi bien eschaudé doi estre
Por .I. fel vilain de put estre
Qui ouan sa foi me menti,
Ne onques ne s'en repenti,
Ne respit ne m'en demanda,
Ne vers moi ne s'en amenda.
 Ce fu ouan devant vendenges
Que il jura Dieu et ses anges,
Et que se Diex li donnast joie,
Que vers moi iroit droite voie,
Que se Diex li donnast santé,
Il me donroit a grant plenté
De ses breches et de son miel
Que je aim plus que riens soz ciel,
Se ses .II. chevax li rendoie
Qu'essoir a mengier atendoie.
J'en pris sa foi, n'en fui pas sages,
Que ce est toz li pires gages
Qui soit en l'ostel au vilain.
Je ne sui pas cil qui trop l'ain,
Qar il m'en a sa foi mentie.
De foi n'ai je nule envie,
Nus preudons ne la doit prisier.
On ne puet mie justicier
Vilain ne avoir en destroit.
Bien li semble qu'eschapez soit
Quant on le veut par sa foi croire.
Ja puis ne fera .I. sol oirre
Por querre de sa foi respit.
Trop a vilain foi en despit,
Que il ne l'ainme ne ne prise.
Fox est qui par foi le justice,
S'il le puet en autre maniere
Justicier, quar il l'a pou chierre.
Ne plest pas au seignor de terre,
Se son vilain prant et enserre
Por son forfet ou por sa taille,
Que li vilain quite s'en aille
Por sa fiance seulement ;
Poi i a d'aseürement.
Je di ce que j'ai essaié.
Ne sont pas vilain esmaié,
Puis que vient a foi afïer.
Nus preudons ne s'i doit fïer.
Je ne sai conment je te croie
Que Rougiel ton buef te recroie,
Car je dout mout, se le te croi,
La tricherie et la nonfoi
Que j'ai en mains autres trovee.
— Sire Bruns, c'est verté provee,
Ce dist li vilains qui fort pleure.
Bien le sai, se Diex me seceure,
De mainte guise a gent el monde
Qui tout jors sont de pechié monde
Et mout en i a d'entechiez
De toz les criminaux pechiez.
De desleax en i a mains ;
Plus en i a qu'il n'a de sains,
Qui ne se vont pas esmaiant
De mentir lor foiz por noient ;
Et de plusors, ce n'est pas fable,
Qui sont preudons et veritable
Et ont a Damedieu bon cuer,
Et ne vodroient a nul fuer
Por nule riens lor foiz mentir.
Ja Diex ne m'i laist consentir
Que ma foi mente a honme né :
Trop m'aroit pechié sormonté
Et Diex mis en grant oubliance,
Se je mentoie ma fiance.
Por Dieu Rougiel me recreez,
Ja demain ne vos ert veez.
Par la foi que doi Brunmatin,
Ma moillier, demain bien matin
Ci meïsmes le t'amenrai,
Que ja vers vos n'en mesprandrai. »
Brun li ors li dit : « Or l'en mainne,
Si li donne fain et avainne.
Je vodroie que il fust cras,
Mes ce ne puet ore estre pas,
Que sejor li covendroit grant.
De lui me cuidai maintenant
Digner et ma fain estanchier,
Mes je l'avré autretant chier
Demain con orendroit avroie.
Mes g'irai tandis querre proie. »
L'ours, Renart et le paysan Liétart C'est de l'ours et du Renard et du villain Lietard (28)
Notes de traduction (afficher)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire