jeudi 20 février 2014

Le songe de Renart - La corneille trop curieuse




Voici l'aventure qui arrive un jour
U


n jor avint par aventure,
à Renart alors qu'il revient des pâturages.
Comme il s'est beaucoup dépensé, il est très fatigué,
et se couche à côté de sa femme.
Il s'endort aussitôt
car son lit est bien moelleux.
Il fait alors un rêve
où il est tout seul sans compagnon
près d'un bois dans la montagne.
Il est revêtu d'une pelisse de futaine rouge,
trouée par endroits,
le col garni tout le tour
d'une bordure entièrement blanche,
mais l'encolure est très étroite.
Son cou est serré si fort
qu'il en est presque étranglé.
Renart se réveille de peur,
et se demande
ce que ça peut bien signifier.
Dame Hermeline s'est réveillée aussi,
alors il lui raconte, et elle se met à soupirer :
« Renart, fait elle, mon cher et tendre époux,
j'ai grand-peur pour votre personne,
car on comprend par ce songe
que vous allez souffrir et peiner.
Voyez par exemple cette pelisse de futaine rouge,
parce qu'elle est trouée par endroits,
je crains que vous soyez fort maltraité.
Ce qui m'effraie encore plus,
c'est ce col dont le dessus
est entouré d'une bordure blanche.
Tout cela me rend triste et malheureuse,
car je crois bien que c'est un serpent
qui vous avalera vivant.
C'est pourquoi je soupire tant,
car votre cou qui se trouve enserré,
signifie à mon avis,
que vous allez être dans une grande détresse.
Mais je sais ce que je vais faire,
je vais vous apprendre un bon charme,
et je vais vous le dire tout de suite.
Le jour où vous aurez besoin de le faire,
vous n'aurez plus rien à redouter.
Je vous en donne la promesse,
personne ne pourra vous faire
de chose qui vous déplaise vraiment,
le jour où vous le ferez,
et vous ne perdrez ni la vie ni même un membre.
Quand vous devrez sortir par une porte,
par un fossé, ou par un trou,
avant d'aller plus en avant,
faites avec votre patte avant droite,
trois croix sur le linteau,
sans rien dire d'autre,
et vous pourrez être assuré
que ce jour là, aucun malheur ne vous arrivera
sur lequel vous n'aurez pas le dessus. »
Renart saute debout sans tarder,
fait son charme, puis s'en va
en direction des hauteurs le long d'un bois.
Il avance au pas parmi les branches,
et aperçoit une corneille.
Elle venait juste de se baigner,
car avec son bec elle se lissait,
et se relissait les plumes.
Dès que Renart la voit,
il s'étend à terre,
et se découvre la verge à nu.
La corneille qui par hasard
regarde à travers les ramures,
voit Renart avec sa verge exposée.
L'oiselle pense qu'il est mort,
elle étend ses ailes, et descend
en volant non loin de Renart.
Elle s'avance vers lui, l'épie un instant,
et quand elle s'approche
pour lui picorer la verge,
Renart saisit l'occasion et lui saute dessus.
Il l'empoigne par les ailes,
prend sa tête à pleine gueule,
puis s'en va entre le bois et la plaine,
le long de la montagne.
Un fois de l'autre côté,
il trouve un marais profond,
et s'enfonce dedans sans que personne ne le voit,
car il veut manger sa proie tranquillement.
Il se met alors à la déguster, en se cachant
la tête et tout le corps autant qu'il peut.


11388



11392



11396



11400



11404



11408



11412



11416



11420



11424



11428



11432



11436



11440



11444



11448



11452



11456



11460



11464



11468



11472
Renart fu venuz de pasture ;
Si fu lassez et traveilliez,
Delez sa fame s'est couchiez.
Et maintenant fu endormiz,
Que mout estoit souef ses liz ;
Si li avint en avison
Qu'il ert toz seus sanz compaingnon
Pres d'un bois en une montaingne,
S'ot vestu .I. rouge fustaingne,
Mes que par leus ert detrouez,
Entor le col ert engoulez
D'une liste trestote blanche,
Mes l'entree ert d'estroite manche.
Le col si fort li estraingnoit,
A par .I. pou ne l'estrangloit.
Renart de peor s'en esveille,
A lui meïsmes se conseille
Que puet estre que senefie.
Dame Hermeline est esperie,
Cil li conte, cele soupire :
« Renart, fait el, biau tres doz sire,
Grant peor ai de vo charpent,
Car en cest songe ce entent
Que vos avrez dolor et painne.
Or oez du rouge fustaingne,
Por ce qu'il ert d'os engoulez,
Crieng ne soiez mout mal menez,
Et ce m'esmaie encore plus
Qu'entor le col par de desus
Ert engoulez de blanche liste :
De ce sui ge dolente et tristre,
Car je sai bien que ce sont vers
Qui vos engouleront les ners.
Ce me fesoit mout soupirer ;
Que le col vos fesoit serrer,
Ce senefie, ce m'est vis,
Qu'en grant destrece seroiz mis,
Mes or sai bien que je feré.
.I. bon charme vos aprendré
Si le vos di tout entresait ;
Ja le jor que vos l'avrez fait,
Mar esterez en grant dotance.
Bien vos en otroi ma fiance,
Que nus en tot le jor vos face
Chose qui granment vos desplace,
Ne ja le jor que le ferez
Vie ne membre ne perdrez.
Quant vos devrez issu de l'uis,
Ou de fosse ou de pertuis,
Ançois que vos ailliez avant,
De vostre pié destre devant
Fetes .III. croiz sor le lintel,
Ja mar direz ne .I. ne el,
Puis porrez estre asseür
Qar cel jor n'avrez mal eür
Que n'en veigniez tot au deseure. »
Renart saut sus, plus n'i demeure ;
Son charme fist, puis s'en torna,
Selonc le bois .I. mont trova.
Le pas s'en va lez la fornille,
Si a veü une cornille
Qui de novel estoit baignie
Et de son bec aplanoïe
Et encore s'aplanioit.
Si tost come Renart la voit,
Es le vos a terre estendu,
Son vit a sachié trestot nu ;
La cornille par aventure
Garda par mi la rameüre,
Vit de Renart le vit defors,
Cuida c'oisel li eüst mors,
Ses eles tent en avalant,
Selonc Renart descent volant,
A lui vint et si l'agaita ;
Si come cele l'aproucha
Et elle volt bechier el vit,
Renart saut sus qui son leu vit,
Par les eles l'a bien conbree,
La teste li a engoulee.
Entre le bois et la champaingne
S'en va o tot lez la montaingne.
De l'autre part outre le mont
A trové .I. marais parfont,
Enz est entrez, que nus nel voie,
Qar il voudra mengier sa proie ;
Mengier la va, si s'aquatuet
Son chief, son cors, quant que il puet.
Le songe de Renart où Ysengrin le battit C'est le songe Renart si conme Ysangrin le bati (22)
Notes de traduction (afficher)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire