jeudi 31 janvier 2013

Le paysan Bertout - Renart n'est pas content




Alors qu'ils sont en train de parler,
Q


ue qu'il aloient si parlant,
quatre lévriers courent à toute haleine
après un sanglier en aboyant,
dans la plaine en contrebas.
Un braque les suit.
Les veneurs sonnent leurs cors
qui résonnent rudement.
Ils ébranlent tout le pays
de leurs huées et de leurs sonneries.
À tant parler au coq,
Renart le roux, que le feu de l'enfer le brûle,
n'y prend garde à aucun moment.
Juste avant qu'ils lui tombent dessus,
et qu'il se fasse avoir,
il prend la fuite à travers les champs en aval.
Les veneurs se mettent à le huer :
« Ah ah ! ah ah ! font-ils, Renart,
que Dieu ne se préoccupe jamais de votre âme !
Si on n'était pas aussi occupé,
on vous aurait fait une belle frayeur.
Jamais vous n'auriez pu vous protéger
sans y laisser la cotte.
Il aurait fallu faire preuve de beaucoup de ruse
pour ne pas nous laisser votre manteau,
mais vous n'avez plus à nous redouter pour le moment. »
Celui-ci s'en va la peur au ventre,
il n'a que faire de leur compagnie.
Il se cache dans un terrier
jusqu'à ce que les chiens soient tous passés.
Ils s'en vont en une seule meute,
courant après le sanglier à grand bruit.
Ils galopent tout le long du chemin sans arrêter,
puis entrent dans la forêt.
Quand Renart voit cela, ça lui fait plaisir.
Il se dit, foi qu'il doit à son amie,
qu'il n'ira pas de ce côté-là,
aussi attrayant qu'il puisse être.
Il sait très bien que si l'un d'eux le tenait,
il lui donnerait autre chose que du pain.
Sur ces pensées, il part vers la plaine
tout en renonçant au coq, ce qui le chagrine fort.
Il s'en va en fuyant à grandes enjambées
par un sentier entre deux champs de blé,
car il craint toujours de rencontrer
un lévrier ou un mâtin.
Il sort des blés au grand trot,
puis s'enfonce dans la forêt.
C'est l'endroit qui lui plaît le plus,
et où il a le moins peur.
Maintenant, il se sent à son aise et en sûreté,
si ce n'est la faim qui le fait souffrir.
Il regarde partout s'il voit un lièvre
ou un lapin qu'il pourrait attraper.
Il est très fâché, quand il repense
au coq qui l'a bien eu.
Il se dit qu'il a joué de malchance,
mais aussi qu'il n'est qu'une tête d'œuf :
« Même s'ils avaient été neuf, fait-il,
j'aurais dû tous les tromper.
Tout le monde dit que je suis si vaillant
grâce à mon intelligence et à mon savoir,
en fait ils se trompent tous.
Ça n'est pas faire preuve de grande sagesse
pour qu'une aussi petite chose
qu'un coquelet puisse me rouler ainsi.
Il aurait vraiment mieux valu me faire estropier
l'œil ou le pied.
Mais si j'ai la joie de franchir à nouveau
le seuil de ma maison,
et si Dieu m'accorde de le retrouver,
je lui ferai cher payer.
J'ai déjà dit qu'un bœuf ne s'y connaît pas
autant en labour que moi en ruse,
pourtant un petit coq de village
m'a royalement trompé.
Je ne voudrais pas que ça se sache,
pour l'honneur de Constantinople,
à la cour de messire Noble.
Car, foi que je dois à tous mes enfants,
je serais trop malheureux,
si quelqu'un me le reprochait.
Je ne voudrais ça pour rien au monde. »


9512



9516



9520



9524



9528



9532



9536



9540



9544



9548



9552



9556



9560



9564



9568



9572



9576



9580



9584



9588

.IIII. levrier viengnent bruiant
Aprés .I. porc a grant alainne
Tot contre val par la champaingne.
Es .I. brachet aprés venant,
Li veneor lor cors cornant,
Lesqex vont durement sonant,
Tot le païs vont estonant
De lor huer, de lor corner.
Tant entent au coc a parler
Renart li rous, que mau feu arde,
Que onques ne se donna garde,
Ainz li sont sor le col cheü ;
Adonc se tint por deceü.
A val les chans s'en vet fuiant,
Li veneor le vont huiant :
« Ha ha ! ha ha !, font il, Renart,
Ja Dex n'ait en vostre cors part !
Se ne fusson si emblaé,
Ja vos eüsson esfreé.
Ja si bien ne vos gardissiez
Que la cote n'i lessissiez.
Trop seüssiez certes de frape,
Se ne nos lesissiez la chape,
Mes or n'avez garde de nos. »
Et cil s'en vet tout peoros
Qui n'a cure de lor acost ;
Dedenz .I. terrail s'est repost
Tant que li chien se sont outré.
Et cil s'en vont tout arouté
Aprés corant et font grant noise,
Ne finerent de corre a toise
Qu'il sont entré en la forest.
Quant ce voit Renart, si li plest,
Et dist, foi que il doit s'amie,
Que cele part n'ira il mie,
Qu'il puist, ne que il biau li soit ;
Bien set se .I. d'eus le tenoit
Que il li donroit el que pain.
A cest mot est venu au plain
Et let le coc dont mout li poise,
Si s'en va fuiant a grant toise
Par .I. sentier entre .II. blez.
Encor se crient d'estre encontrez
Ou de levrier ou de gaingnon.
Du blé s'en ist le grant troton,
Si se feri en la forest :
Ce est li leus qui plus li plest
Et ou il a mains de peür.
Or est aaise et asseür,
Se ne fust la fain qui le grieve.
Sovent garde s'il veïst lievre
Ne connin que il peüst prendre.
Mout est iriez, quant li remembre
Du coc qui si l'a deceü,
Et dist que mal li est cheü.
Ne prise tot son sens .I. oef,
Fait se il : « Se il fussent .IX.,
Ses deüsse engingnier toz.
Chascun dist que je sui si proz
Et que j'ai tant sens et savoir :
Certes il ne dient pas voir.
N'a pas grant sapïence enclose
En moi, quant si petite chose
Con est .I. cochet m'a boulé.
Miex vosisse voir qu'afolé
M'eüst ou d'un pié ou d'un oil.
Mes si puisse je mes le suoil
De ma meson passer a joie,
Se Diex donne que mes le voie,
Je li feré chier comparer.
Je disoie que buef d'arer
Ne savoit tant con moi de guile,
Et .I. petit cochet de vile
M'a engingnié et deceü ;
Ne voudroie qu'il fust seü,
Por l'ennor de Costentinoble,
Dedenz la cort mesire Noble.
Foi que je doi touz mes enfanz,
Je en seroie trop dolenz,
Se nus hons le me reprochoit.
Nel voudroie por riens qui soit. »
Comment Nobles, Renart et Ysengrin partagèrent la proie Ci conmance si conme Nobles, Renart et Ysangrin partirent la proie (14)
Notes de traduction (afficher)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire