dimanche 26 juin 2011

À la cour du roi Noble - Renart revient pour jurer




Les paysans pensent pouvoir étrangler
L


i vilain cuident estrangler
monseigneur Baucent le sanglier.
Ils se mettent tout autour
et lui brisent aussitôt les dents.
Mais ils le pendent à côté de la balance,
ce qui les ennuie et les chagrine beaucoup.
Ils s'en prennent alors à seigneur Grimbert,
ils le battent bien et le blessent sérieusement.
Il s'échappe à grand peine,
néanmoins il s'est fait bigrement frapper.
Et Ronel n'a guère à l'envier,
lui qui s'était fait maître du serment.
Il a voulu tromper Renart,
qui a très bien su prendre garde
car il s'y connaît beaucoup en ruse.
Alors, Renart se sépare d'eux
et retourne sur le lieu du serment,
car il souhaite tenir l'engagement
que les barons lui ont fait faire.
Il s'y rend donc tout droit,
tel celui qui n'oserait pas s'y soustraire.
« Seigneur, fait-il, je vois là une certaine chose,
peut-être ne la voyez-vous pas,
j'ai bien envie de vous en parler,
mais ça n'est pas possible, laissons donc cela. »
Seigneur Grimbert le blaireau, son neveu,
a bien vu la trahison,
alors il tient à Brichemer un tout autre discours.
« Seigneur, écoutez-moi donc.
Je crois que je dois vous parler
de raison et de justice, du moins je l'espère,
car Renart ne doit nullement être
harcelé par tous ces gens.
Ça ne serait ni convenable ni élégant
qu'envers un tel baron, il n'y en a pas de si vaillant,
on aille lui sauter à la gorge.
Faites éloigner vos barons,
afin qu'il puisse au moins s'approcher
du côté de la relique,
pour faire ses excuses. »
Brichemer dit : « Je n'y avais pas pris garde.
Je vais lui faire dégager la voie
pour qu'il puisse aller et venir. »
Il fait alors descendre ses hommes,
puis reculer encore plus qu'auparavant.
Mais Renart fait un tour de passe-passe
car il n'a cure de séjourner ici.
Au moment de se diriger vers les reliques,
il tourne la tête de l'autre côté,
et le mauvais tricheur s'enfuit.
Renart décampe la tête droite
par un vieux sentier défoncé.
Alors, ses ennemis lui crient après,
et les chiens qui étaient aux aguets,
bondissent après lui et se mettent à courir.
Je vais maintenant vous dire qui ils sont.
5448



5452



5456



5460



5464



5468



5472



5476



5480



5484



5488



5492



5496



5500

Mon seignor Baucent li sengler.
Il le vont tuit avironnant.
Les denz li brisent maintenant.
Lors le pendent lez une poise,
Mout lor anuie et mout lor poise.
A dant Grimbert ront entendu,
Mout l'ont blechié et bien batu.
A grant painne est eschapez,
Mes nequedent mout fu frapez.
Mais Rooniaus ne l'en dut gaires
Qui du serement se fist maires.
Et Renart voloit conchïer,
Mes il s'en sot mout bien gaitier
Con cil qui assez sot barat.
A itant d'entr'eus se depart
Et vient ariere au serement.
Bien velt tenir le covenant
Que li baron avoient fet.
Tot droit au serement s'en vet
Conme cil qui muer ne l'ose.
« Sire, fet il, or voi tel chose,
Espoir que vos ne veez mie,
Si ai talent que je vos die,
Mes ne puet estre, or le lairons. »
Dant Grimbert ses niés li tassons
Aparçut bien la traïson,
Si li a trait autre raison.
« Sire, car entendez a moi.
Je cuit que je bien vos dirai
Reson et droit au mien espoir,
Qar Renart ne doit mie avoir
Presse de toute cele gent.
Ne seroit mie bel ne gent,
A tel baron n'a si vaillant
Qu'en li voist sor le col saillant.
Fetes vos barons esloingnier
Tant que il se puist aprouchier
Au mains devers le saintuaire,
Tant que il puist l'escondist fere. »
Dist Brichemer : « Ne m'en gardoie.
Je li feré vuidier la voie
Tant qu'il puist venir et aler. »
Ses honmes a fait avaler,
Et trere ariere plus c'ançois.
Renart a fet le tor guichois
Qui n'a cure de sejorner.
Quant as reliques dut torner
D'autre part a torné sa chierre,
Foui s'en est li mal trichierre.
Renart s'en fuit teste levee
Par une viez voie chevee.
Si anemi si l'escrïerent,
Et li chien qui en aguet erent,
Il saillent aprés et coururent.
Ja m'orrez dire qui il furent.
Comment Ysengrin alla se plaindre de Renart à la cour du roi Si conme Ysangrin s'ala plaindre de Renart a la cort le roi (9)
Notes de traduction (afficher)

3 commentaires:

  1. L'expression « ils le pendent à côté de la balance " (le pendent lez une poise), signifie qu'ils s'y prennent mal pour l'attraper et le laissent s'échapper. Voir la définition de poise dans DicFro.

    RépondreSupprimer
  2. Une petite faute au v. 5456: "s'est fait frapper", non "frappé".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir signalé la faute, c'est corrigé.

      Supprimer