samedi 25 février 2017

Renart médecin - Ronel le messager du roi




Puis, Tibert se tait, car il a tout dit.
T


ybert se test, ne volt plus dire,
Le roi se met alors à rire,
et ses barons disent d'une même voix :
« À notre avis, Tibert a bien parlé. »
Ysengrin, lui, se sent profondément humilié,
car Tibert a remis en cause ses explications.
Tous se mettent à le huer,
ce qui l'ennuie encore plus, soyez-en sûr.
Le roi se lève alors, à cause de tout ce tapage.
« Seigneurs, fait-il, je suis fatigué
d'entendre tous vos cris,
nous ne sommes pas là pour ça.
Arrêtez immédiatement ce bruit,
et dites-moi plutôt ce qu'il faut faire
de Renart, qui se moque de moi,
car je ne sais plus à quel saint me vouer.
Je lui enverrais bien
un homme de confiance, mais je ne sais lequel.
— Seigneur, dit Belin le mouton,
nous sommes tout ouïe,
si vous voulez lui envoyer quelqu'un,
vous n'avez pas besoin de nous prier.
Je vous le dis au nom de tous,
à mon avis, le mieux
est de désigner qui vous plaira
comme messager, et il le fera.
— Belin, Belin, lui dit le roi,
vous n'êtes que sagesse et courtoisie,
vous ne me donnerez jamais de mauvais conseil.
Voici ce que vous allez faire :
dites à Ronel le mâtin
qu'il soit devant moi demain matin,
fin prêt pour accomplir cette besogne,
et qu'il vienne sans faute.
Il n'y a pas de meilleur messager,
ni plus alerte, ni plus avisé. »
À ces mots, Ronel se dresse sur ses pattes,
se dirige vers le roi à travers l'assistance,
et lui dit :
« Sire, que Dieu m'en soit témoin,
je n'ai plus besoin de repos,
bien au contraire, et je porterai ce message
sans faillir, si vous m'y envoyez,
car je connais bien le chemin pour aller chez lui.
— Alors, pars maintenant, lui répond le roi, et dis-lui
d'être devant moi mercredi,
prêt à présenter sa défense,
sinon je le ferai pendre
pour son mépris à l'égard de ma convocation,
en s'octroyant lui-même un délai.
Porte-lui ma lettre, marquée du sceau royal,
assure-toi qu'il en prenne connaissance,
et s'il refuse cet ordre de comparaître
sans la moindre excuse,
défie-le de ma part,
et accuse-le de félonie. »
Ronel lui répond : « Cher sire,
je saurai lui dire tout cela
sans rien omettre,
et même l'expliquer encore mieux. »
Il prend congé du roi, puis s'en retourne
aussitôt chez lui
pour faire ses préparatifs.
Sa famille se demande avec étonnement
où il peut bien vouloir se rendre,
ils le pressent de questions
sa femme finit par l’interpeller :
« Dites-moi donc mon ami,
pour quelle affaire et pour quelle raison
faites-vous cela ? », il lui révèle alors,
que le roi l'a prié
de porter un message
à Renart pour qu'il vienne à la cour.
« Je prendrai la peine qu'il faut, fait-il,
pour accomplir sa volonté.
Je vais donc faire mes bagages,
et bien préparer mon voyage,
car je veux éviter de causer
quoi que ce soit qui puisse l'irriter.
Au petit matin, dès le point du jour,
je vais devoir partir, que Dieu soit avec moi.
— Seigneur, dit-elle, je crois plutôt
qu'il vous arrivera des misères
si vous le faites, que Dieu m'en soit témoin,
et que vous ne récolterez qu'humiliation et des ennuis.
Je n'ai jamais vu de roi ou de comte
s'en prendre à Renart,
sans que ça se termine mal pour lui.
C'est l’œuvre du diable, il a fait de vous un messager,
il vous a poussé à entreprendre ce voyage
pour livrer ce message à Renart le fourbe.
Souvenez-vous de Tibert le chat,
qui s'est fait salement mordre à cause de lui,
et de Belin, et de Brun l'ours
à qui il a fait perdre la peau
des oreilles jusqu'au museau.
Corbleu, ne savez-vous donc pas
que le rouquin n'a jamais rien fait de bien ?
Ah, il s'y connaît, cette sale race,
et vous croyez qu'il vous en fera du bien ?
Que Dieu me vienne en aide, je tombe des nues,
mais de qui avez-vous donc pris un tel conseil ?
Je sais pourtant que si vous vouliez m'écouter,
vous n'iriez jamais là-bas.
— Femme, fait-il, par saint Mandé,
et par les reliques de saint Boniface,
le roi me l'a ordonné,
n'est-il donc pas normal que j'y aille ?
Il n'aurait pas été correct, que Dieu me garde,
de refuser quoi que ce soit
que je puisse faire pour lui.
Puisque j'ai entrepris ce voyage,
et que la décision est bel et bien prise,
si cela s'avère être une erreur,
je me garderai d'agir ainsi une autre fois.
Mais, je porterai ce message
conformément à sa volonté,
comme je l'ai promis,
et je ne renoncerai pour rien au monde.
— Seigneur, dit-elle, alors je vais me taire,
car je vois bien que rien n'y fera,
et que je ne parviendrai pas à vous retenir. »
Là-dessus, ils terminent leur discussion,
font leur lit, et vont se coucher
jusqu'au lendemain matin.


19012



19016



19020



19024



19028



19032



19036



19040



19044



19048



19052



19056



19060



19064



19068



19072



19076



19080



19084



19088



19092



19096



19100



19104



19108



19112



19116



19120



19124



19128



19132
Et li rois conmença a rire,
Et li baron dient ensemble :
« Bien dist Tybert, si con moi semble. »
Lors ot Ysengrin mout grant honte,
Quant Tybert ot desfait son conte.
Trestuit le pranent a huier,
Sachiez mout li puet anuier,
Et li rois pour le hu se lieve.
« Seignors, fet il, mout par me grieve
Quant cel cri avez tant tenu.
Ne somes pas por ce venu.
Or lessiez le cri et la noise,
Et de Renart qui si me boise
Me conseilliez qu'en porré fere
Et a quel chief en porré trere.
Volentiers i enveeroie
.I. preudonme, se le savoie.
— Sire, dist Belins li moutons,
Nos entendons et escoutons.
Se vos i volez envoier,
Ne vos en estuet nus proier,
Et je respons por toz ensemble
Que c'est li miex, si con moi semble.
Or conmandez qui vos plaira
Le mesage, et il le fera.
 — Belin, Belin, ce dist li rois,
Mout estes sages et cortois,
Ja mauvés conseil ne donrez.
Savez ore que vos ferez :
Distes Roonel le mastin
Qu'il soit devant moi le matin
Touz aprestez de la besoigne
Et qu'il i voist sanz nule essoine.
N'i puet aler meillor mesage,
Ne plus delivre ne plus sage. »
Roonel l'ot, en piez se drece,
Et par mi les autres s'adrece
Devant le roi, si li a dit :
« Sire, se Damediex m'aït,
Je n'ai plus cure de respit,
Ainz forniré sanz contredit
Le mesage, s'on m'i envoie.
En son païs sai bien la voie.
— Va dont, dist li rois, si li di
Que devant moi soit mecredi
Touz aprestez de soi desfendre,
Ou se ce non, jel feré pendre
De la semonse et du despit
Dont il prist par soi le respit.
Portez mes letres seelees,
Gardez ne li soient celees,
Et se cest mandement refuse
Et il de noient s'en escuse,
De la moie part le desfie,
Si l'apelez de foimentie. »
Roonel li respont : « Biau sire,
Tout ce li savré je bien dire
Si que riens nule n'i faudra
Ou tel chose qui miex vaudra. »
Du roi prent congié si s'en torne,
Et vint a son tref si s'atorne,
Et a l'ains qu'il puet s'apareille.
Sa mesnie mout se merveille
En quel lieu il voloit aler,
Si l'en ont pris a apeler.
 Sa fame l'a a raison mis :
« Dites, fet ele, biaus amis,
Por quel afere et por quel ovre
Fetes vos ce ? » Il li descovre
Qu'el mesage le roi ira,
Car li rois mout prié l'en a
Por Renart a cort amener.
« Et je m'en voil, fet il, pener
De sa volenté acomplir.
Por ce faz mes males emplir
Et bien atorner mon afere,
Qar ne voudré envers lui fere
Chose dont se deüst irier.
Le matinet a l'esclairier
M'estuet movoir, Diex m'en avoit.
— Sire, dist ele, ançois otroit
Que il vos en puist venir dels,
Si fera il, si m'aït Diex,
Vos en avrez anui et honte.
Onques ne vi ne roi ne conte
Qui de Renart s'entremeïst
Qu'en la fin mal ne l'en preïst.
Deable vos ont fet mesage
Qui avez empris cest voiage
A porter a Renart barat.
Membre vos de Tybert le chat
A qui il fist prandre mal mors,
Et de Belin et de Brun l'ors
A qui il fist perdre la pel
Des oreilles dusc'au musel.
Por la char bieu ne savez vos
C'onques nul bien ne fist le rous,
Cil qui tant set de put estrace,
Et or cuidiez que bien vos face !
Si m'aït Diex, mout me merveil
Ou vos avez pris tel conseil.
Bien sai, se vos me creïez,
Que ja cele part n'irïez.
 — Dame, fet il, par saint Mandé,
Puis que li rois l'a conmandé,
Et por le cors saint Boniface,
Dont n'est ce droiz que je i aille ?
Ne fust pas droiz, se Dex m'aït,
Que je l'eüsse escondit
Chose que li peüsse fere.
Et puis c'ai enpris cest afere
Voirs est que li conseuls est pris.
Si ai a ceste foiz mespris,
Une autre foiz me garderé,
Mes cest mesage forniré
Quant il li vient a volenté,
Et puis que je l'ai creanté
Que ja por home nel leré.
— Sire, dist ele, or m'en teré,
Car bien voi que riens n'i feroie
Et que pas ne vos retendroie. »
 A tant laisierent le plaidier,
Li lit sont fet, si vont couchier
Jusque au matin a l'ajornee.
Comment Renart fut magicien C'est la branche Renart si com il fu mires (29)
Notes de traduction (afficher)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire