dimanche 22 février 2009

Renart médecin - Épisode en cours de traduction

Vous êtes cordialement invité à réviser, corriger ou augmenter la traduction de cet épisode. Veuillez pour cela enregistrer un commentaire en bas de page.

Voici quelques règles de traduction simples à respecter :
  • Le texte doit être traduit avec le souci de rester fidèle au texte original, tout en restant facile et plaisant à lire.
  • L'ancien français utilise les temps présent et passé assez librement, le présent est choisi pour la traduction.
  • L'alternance de tutoiement et de vouvoiement est fréquente dans un même dialogue, elle est conservée. Elle est toutefois uniformisée au sein d'une même réplique.
Les liens suivants pourront vous être utiles :
Dictionnaire d'ancien français (DicFro)
Grammaire d’ancien français

Pour info, la traduction d'un épisode comprend plusieurs étapes :
  1. Traduction automatique mot à mot (basée sur la traduction des textes précédents).
  2. Correction manuelle mot à mot, et ajout de la traduction des mots non traduits automatiquement.
  3. Mise en forme de la traduction en français correct.
  4. Lecture à voix haute et amélioration de la traduction.
  5. Correction des fautes d'orthographe et amélioration de la traduction.
  6. Publication de l'épisode.
  7. Lecture à voix haute et correction éventuelle de la traduction.
  8. Correction des fautes d'orthographe éventuelles par une tierce personne.
La traduction en cours est donc en général dans un état intermédiaire.



L


ors prent Renart a desfubler














































































































































20328



20332



20336



20340



20344



20348



20352



20356



20360



20364



20368



20372



20376



20380



20384



20388



20392



20396



20400



20404



20408



20412



20416



20420



20424



20428



20432



20436



20440



20444



20448



20452



20456



20460



20464



20468
S'esclavine et l'a mise jus,
Si a son baril mis desus.
A tant estes vos Roonel,
Quant vit Renart, mout li fu bel.
Bien le cuida adonmagier
Et de lui se cuida vengier
Du col qui li fu estenduz
La ou il fu par lui penduz.
Encor li pert la trace el col,
De quoi Renart le tint por fol.
« Dant rois, ce a dit li gaingnons,
Qar entendez a mes raisons.
Creez vos donc cel pautonnier ?
Il dit qu'il fu a Monperlier
Et en Salerne et si s'en vante,
Mes onques ne passa Valance,
S'est ore mires devenuz.
Pieça deüst estre penduz.
Or vos membre du grant outrage
Qu'il me fist en vostre mesage
Quant en la vingne me fist pendre ;
Bien en devez venjance prendre.
Mout me fist mal sa compaingnie,
Envers vos a sa foi mentie,
Je l'en apel de traïson,
Vez ci mon gage, je le don.
 — Sire, ce dist Renart, oez,
Cist mastins est mout desreez,
Il radote ou trop a beü
Ou il a tout son sens perdu.
Trois mois a bien, ce vos plevis,
Que ne fui mes en cest païs.
Se Roonel fu en meson,
Cel viel lecheor, cil gloton,
Ma fame est mout bele meschine,
Et si a non dame Hermeline,
Se il li quist honte et folie
Et ele sot tant de voisdie
Qu'el se venja del pautonier,
Ce ne fet pas a merveillier. »
Adonques s'est levez li chaz
Que Renart fist ja prandre au laz.
« Va ta voie, dist il, gainnon,
Dahez, sanz Noble le lion
Qui je sui hons et il mes sire,
Cui vos donna congié del dire
Tel goulee et tel estoutie,
Qant apelas de vilanie
Si haut baron con est Renart.
Par ma foi, tu es trop musart.
Le jor que tu fuz atrapez
Si con t'en ez ici vantez,
Passai je devant le plessié
Ou dant Renart ert herbergié.
Illec trovai dame Hermeline
Qui mout par est de franche orine,
Noveles li quis de Renart
Et el me dist, se Diex me gart,
Qu'il estoit en Salerne entrez
A tout .C. livres monneez
Pour fere afaitier la poison
De quoi dant Noble le lion
Peüst encor avoir santé.
Mout par en a son cors pené,
Bien savoit que mesire avoit
Grant mal de quoi il se douloit,
Ja soit ce qu'il nel deïst pas. »
Dist Noble : « Par saint Nicolas,
Tybert, vos dites verité,
Voire devant .I. mois passé.
 — Sire, dist Renart, il dist voir.
Or pouez bien de fi savoir
Que Tybert si me het de mort.
S'il en seüst vers moi le tort,
Certes il ne le celast mie,
Ainz me jujast, je n'en dout mie.
Mes preudons est et veritables
Et de sa parole est estables.
— Ce est, ce dist Noble, bien fait.
Tybert, lessiez ester cest plait.
Et vos, Renart, pensez de moi,
Si en prenez hastif conroi.
Ce que vos ferez fet sera,
Ja nus ne vos en desdira,
Ne ne dira ne plus ne mains.
Je me met du tout en voz mains.
J'ai .I. tel mal que ne voi goute,
Ja ne cuit veoir Pentecoste,
Se Diex n'en a de moi pitié.
Trop eüsse de la moitié
Du mal dont me sent si grevé,
Se il venist a Dieu a gré.
En la teste ai .I. mal si grant
Qu'il me semble, se Diex m'ament,
Qu'el me soit par quartiers fendue
Et si me trouble la veüe
Sovent si que je ne voi goute,
Si ai la bouche amere toute
Que riens nee ne m'a savor.
Par tot le cors ai grant dolor,
Le piz ai tel que a grant paine
Puis je a moi traire m'alaine.
Je ne vos puis la moitié dire
De la dolor qui me fait frire. »
Ce dist Renart : « Guariz serez
Ainz que tiers jor voiez passez.
Aportez moi .I. orinal,
Si verré la force du mal. »
Li orinaux fu aportez.
Noble est en seant levez,
Si a pissié plus que demi,
Et dist Renart : « Bien est ainssi. »
Lors le prent et au soleil va,
L'orinal sus en haut leva,
Mout le regarde apertement,
Torne et retorne mout sovent
Por voir s'il se torneroit.
Le cercle de ses humors voit,
Bien set, ce dist, et si le cuide
Que li rois a mestier d'aïde.
Au roi en vient et fet le baut :
« Sire, fait il, se Dex me saut,
Bien voi vos avez fievre agüe,
J'ai la poison qui bien la tue,
Sire roi, foi que je doi vos. »
Le braz prant et taste le pous,
Voit qu'il n'ert pas trop destrempez,
Sa main li met lonc le costez
Et sor le piz et sor le flanc
Et dist : « Sire, par saint Esblant,
A poi ne sui venuz trop tart.
En vostre mal covient esgart,
Se talent avez de guarir. »
Dist Noble : « Rien tant ne desir,
Bien voudroie de mon roiaume
Avoir donné, par saint Guillaume,
La moitié, que je fusse sains.
— Chaüz estes en bones mains,
Fet soi Renart, se vos volez,
Ja ne seroiz si adoulez
Que, ançois que past la semainne,
Ne vos face la teste sainne.
Comment Renart fut magicien C'est la branche Renart si com il fu mires (29)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire