dimanche 22 février 2009

Renart médecin - Épisode en cours de traduction

Vous êtes cordialement invité à réviser, corriger ou augmenter la traduction de cet épisode. Veuillez pour cela enregistrer un commentaire en bas de page.

Voici quelques règles de traduction simples à respecter :
  • Le texte doit être traduit avec le souci de rester fidèle au texte original, tout en restant facile et plaisant à lire.
  • L'ancien français utilise les temps présent et passé assez librement, le présent est choisi pour la traduction.
  • L'alternance de tutoiement et de vouvoiement est fréquente dans un même dialogue, elle est conservée. Elle est toutefois uniformisée au sein d'une même réplique.
Les liens suivants pourront vous être utiles :
Dictionnaire d'ancien français (DicFro)
Grammaire d’ancien français

Pour info, la traduction d'un épisode comprend plusieurs étapes :
  1. Traduction automatique mot à mot (basée sur la traduction des textes précédents).
  2. Correction manuelle mot à mot, et ajout de la traduction des mots non traduits automatiquement.
  3. Mise en forme de la traduction en français correct.
  4. Lecture à voix haute et amélioration de la traduction.
  5. Correction des fautes d'orthographe et amélioration de la traduction.
  6. Publication de l'épisode.
  7. Lecture à voix haute et correction éventuelle de la traduction.
  8. Correction des fautes d'orthographe éventuelles par une tierce personne.
La traduction en cours est donc en général dans un état intermédiaire.



T


ant fu li rois fort adoulez






























































































20036



20040



20044



20048



20052



20056



20060



20064



20068



20072



20076



20080



20084



20088



20092



20096



20100



20104



20108



20112



20116



20120



20124



20128

Que il en fu toz sanz mellez,
De la dolor q'au cuer li touche,
Le sanc li saut par mi la bouche.
Il est dedenz son lit couchiez,
Et quant .I. poi fu refroidiez,
Le cors li tremble, il se demainne,
Chaoit est en fievre quartainne.
Mout est sorpris de maladie,
Bien en cuida perdre la vie.
Ce fu entor la saint Jehan,
Si li tint pres de demi an.
Partout a fait mires mander,
N'en remest nus jusqu'a la mer,
Por lui alegier de son mal.
Tant en vint d'amont et d'aval
Que je n'en sai dire le conte.
Il i vint maint roi et maint conte
De tiex que je ne sai nomer
Por son malage regarder.
Trestuit i vindrent sanz delai
Par le conmandement le roi.
Onques n'en n'i sot nus venir
Qui du mal le peüst guarir.
Grimbert le tesson qui la fu
S'est de Renart aperceü
Son cosin qui sages estoit,
S'en foi acorder le pooit
Il en aroit au cuer grant joie.
Maintenant s'est mis a la voie
Et dist que mes ne finera
Jusqu'a tant que trové l'avra.
 Tant va Grimbert la matinee
Ançois que nonne fust sonnee,
En est venuz par une adrece
Trestout droit a la forterece
Renart son chier cousin germain.
Renart qui tant a male main
Si s'i fu as murs acoutez
Vit Grimbert, si en fu haitiez.
Tant tost sanz autre chose fere
Conmande la barre en sus trere
Por son cousin fere venir.
Maintenant ont fet son plaisir
Cil a cui il l'ot conmandé.
Es vos Grimbert dedenz entré
Tout belement pas avant autre,
Son cousin salue et maint autre
Qui estoient aveques lui.
Renart forment le conjoï
Et li fist grant feste et grant joie.
Dist Grimbert : « Grant talent avoie
De parler a vos une foiz.
Li rois Noble est si destroiz
D'un mal qui par le cors le tient
Dont chascun jor soupire et gient ;
Morir en cuide, ce sachiez,
Et il est mout vers moi iriez.
Se le pouïez respasser,
S'amor avrïez sanz fausser.
Por ce vieng ça tout coiement
Sanz estre veüz de la gent,
Ne onques nus hons n'en sot mot. »
Renart prist a rire a cest mot
Et dist : « Cousin, or me nonmez,
Par cele foiz que me devez,
Por qu'est li rois vers moi irez,
Por qui ai esté empirez,
Dites qui m'a mellez vers lui.
— Vostre compere, jel vos di,
Dist Grimbert, vos i a mellé,
Si vos a Rooniax blasmé
Et Brichemer qui el mesage
Fu envoiez si conme sage,
Et vos ovrastes vers lui mal
Quant Roonel dedenz le val
Feïstes en la vingne prandre,
Mout par en fetes a reprendre,
Et Brichemer feïstes batre
Ne sai a .III. chiens ou a .IIII.
Qu'il li ont escorchié le dos
Si que bien en perent li os. »
Renart ot parler son cousin :
« Distes vos que par Ysengrin,
Fet se il, sui mellez au roi
Par son engin, par son desroi ?
Malle pensa li renoiez.
Alez vos ent, trop delaiez,
Et g'irai a cort le matin
Si m'escuserai d'Ysengrin.
Devant le roi serai demain.
— Foi que doi Dieu et saint Germain,
Renart, fet Grimbert, par ma foi,
Ce est le miex que je i voi.
Or fetes, si ne delaiez,
Et je m'en vois, a Dieu soiez. »
Comment Renart fut magicien C'est la branche Renart si com il fu mires (29)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire