dimanche 30 août 2015

Le duel de Renart et d'Ysengrin - Renart est laissé pour mort




Après s'être bien injurié,



uant assez ramponé se furent,
les deux barons, debout au milieu du champ clos,
reviennent l'un vers l'autre
en tenant bravement leur bouclier.
Ysengrin fonce, et fait au mieux
pour se jeter droit sur lui.
Il se prépare à le saisir,
et met son bâton dans son bouclier
qu'il laisse derrière lui dans le champ.
Renart s'élance alors avec son bâton,
et lui donne un tel coup avant d'être pris,
que l'autre s'en souviendra pour toujours.
Il lui brise le bras gauche,
Ysengrin est vraiment dans de sales draps.
Tous deux ont maintenant abandonné leur bouclier,
et se prennent à bras le corps.
Ils se dressent l'un contre l'autre, un long moment,
en s'agitant dans tous les sens,
on n'avait encore jamais vu des gens combattre ainsi.
Aucun des deux ne parvient à renverser l'autre,
mais ça n'est pas surprenant
car Ysengrin ne peut s'aider
que de son bras droit,
depuis qu'il a perdu l'usage du gauche.
L'un tourne, l'autre se retourne,
ni l'un ni l'autre ne reste en place,
et ils continuent de tourner tant qu'aucun d'eux ne tombe.
Ysengrin souffre le martyre,
mais il a les dents un peu plus aiguisées
et tranchantes que Renart,
il se hérisse contre lui,
et lui déchire bien sa pelisse.
Renart lui fait alors un tour d'Anglais
avant qu'Ysengrin s'en aperçoive.
Il le serre contre lui, et ne fait pas semblant,
il lui fait un croc-en-jambe, le repousse,
le renverse par terre,
et lui tombe dessus en travers.
Puis, il lui casse les dents,
lui crache au visage, se mouche dessus,
lui plante le bâton dans les yeux,
et lui arrache la moustache avec les griffes.
Il lui fait passer un sale quart d'heure,
et lui dit : « Seigneur Ysengrin,
on connaîtra aujourd'hui celui qui aura le droit pour lui,
et qui de nous deux se sera le mieux battu.
Vous m'accusez à propos de votre femme,
mais vous vous couvrez de honte
pour elle ici même
à nous faire peiner de la sorte. »
Ysengrin entend bien qu'il l'insulte,
il sera très malheureux s'il ne se venge pas,
et ça le mine de ne pas pouvoir le faire.
Renart lui colle la honte, et le contrarie
en s'y appliquant du mieux qu'il peut,
puis lui jette de la poussière dans les yeux.
L'autre se lamente en serrant les dents,
et dit : « Il faut être fou pour s'intéresser
aux femmes quoi qu'elles racontent,
car peu d'entre-elles sont sans malice.
Elles causent plus de tapage que de paix,
je ne croirai plus jamais la mienne.
La femme cause la haine du père et de la mère,
la femme cause la mort de son compère,
la femme cause la honte de nombreux hommes,
la femme est la somme de tous les maux,
il faut être bien fou pour trop s'y intéresser. »
Ainsi se lamente Ysengrin,
seul à s'apitoyer sur son sort,
tandis que Renart le crible de coups
sur les yeux et le visage,
et lui arrache les poils et la peau.
Il se sent pris dans un sale piège,
quand Renart laisse échapper
le bâton de sa main.
L'autre, qui ne manque pas de courage,
voudrait bien se relever, mais n'y arrive pas,
car il n'a de force que dans son bras droit.
Renart lui cause maints tourments et ennuis
qu'il doit supporter, ça lui pèse vraiment.
Il voudrait pourtant bien l'emporter,
alors il lui jette de la poussière au visage.
Renart, qui prend Ysengrin pour un nigaud,
se met à chercher ses yeux,
mais pour son malheur,
il lui arrive un sale coup.
Ses doigts se retrouvent dans la bouche d'Ysengrin,
qui les prend à pleines dents,
et en tranche la chair jusque à l'os.
Il passe alors les bras autour de son dos,
et l'étreint, il ne fait pas semblant.
Il serre Renart de sorte
qu'il descende vers lui qu'il le veuille ou non,
puis le force à s'allonger sous lui.
Renart est alors pris d'affolement,
il n'est pas étonnant qu'il ait peur.
Ysengrin le serre avec ses genoux,
Renart ne voit plus ni ciel ni terre.
Il a juré et fait un faux serment,
il va apprendre bientôt
jusqu'où sa malhonnêteté l'a mené,
car son heure est venue.
Il demande pitié aux saints de Rome,
mais ça ne lui vaut pas grand chose,
car Ysengrin le frappe et le martèle,
et seigneur Renart grogne la bouche entrouverte.
Ysengrin le frappe sur le visage,
et n'y va pas de main morte.
Renart ne peut rien faire pour se défendre,
il doit tout encaisser, et accepter
son malheur dans la plus grande angoisse,
car Ysengrin lui fait bien mal.
Il préférerait être ailleurs
au lieu de souffrir un si grand supplice.
Il devient plus froid que la glace,
mais mieux vaut mourir sur place, ce dit-il,
plutôt que se déclarer vaincu.
Sur ces pensées, il émet un gémissement,
il ressent une grande lassitude en son cœur,
il ne croyait pas que ça arriverait aujourd'hui,
il ne lui reste plus de force,
on croirait voir un homme mort.
Ysengrin le frappe de ses poings,
le secoue, et le met en pièces.
Renart ne bouge ni pied ni main,
il semble bien qu'il soit dans un sale état.
Ysengrin l'a battu si fort
qu'il le laisse pour mort au milieu du champ de bataille.
Alors, les barons s'éloignent de lui,
et la cour se disperse.
Les Troyens n'ont pas connu autant de joie
quand ils ont recueilli Hélène de Troyes,
que Brun l'ours, Tiécelin,
Chantecler, Ysengrin,
Tibert le chat, Roonel,
et messire Plateau le daim.
En dehors de Renart, on ne voit personne
qui puisse se retenir de rire.
15360



15364



15368



15372



15376



15380



15384



15388



15392



15396



15400



15404



15408



15412



15416



15420



15424



15428



15432



15436



15440



15444



15448



15452



15456



15460



15464



15468



15472



15476



15480



15484



15488



15492



15496
Li dui baron el champ esturent ;
De rechief andui s'en revienent,
Lor escuz mout cointement tienent.
Ysengrin gete et fait son esme
Que jeter voille parme esme.
De lui prandre mout s'entremet,
Entre l'escu son baston met.
En mi le champ son escu laisse,
Et Renart son baston eslesse ;
Tel cop li donne ainz qu'il le tiengne,
Ja mes n'ert jor ne l'en soviengne.
Le braz senestre li a frait ;
Or a Ysengrin mauvés plait.
Andui ont lor escuz guerpiz,
Si s'aerdent par mi les pis ;
Longuement furent en estant,
En plusors sens se vont hastant,
Ne veïstes genz si combatre.
Li .I. ne pooit l'autre abatre,
Mes nus ne s'en doit merveillier,
Qu'Isengrin ne se pot aidier
Fors solement de son braz destre,
Que perdu avoit le senestre.
Li .I. torne, l'autre trestorne,
Li .I. ne l'autre ne sejorne,
Mout tornent ainz que nus en chie.
Ysengrin sueffre grant haschie ;
Les denz a .I. poi plus agües
Que Renart et plus esmolues ;
Contre Renart mout se herice,
Bien li descire sa pelice.
Renart li fait .I. tor d'Englois,
Ysengrin nel doutoit ançois.
Renart l'estraint, pas ne se faint,
Jambet li fet, de lui l'empaint ;
A la terre le giete envers,
Renart jut sus tot en travers ;
Les denz li brisa en la bouche,
En la chierre li crache et moche,
Es eulz li boute le baston
Et poile as ongles le grenon,
Traire li a fait male fin ;
Puis li a dit : « Dant Ysengrin,
Encui savron qui droit avra,
Et qui miex fere le savra.
De vostre fame m'escusez,
Certes mout estes aviliez
Quant issi por vostre moillier
Faites moi et vos traveillier. »
Ysengrin ot qu'il le laidenge,
Mout ert dolent s'il ne se venge ;
Ce poise li, n'en puet plus fere.
Renart li fet honte et contraire,
Renart li fait du tout son miex ;
De la poudre li jete es eulz.
Mes entre ses denz se demente
Et dit : « Fox est qui met s'entente
En fame n'en riens qu'ele die ;
Poi sont de fames sanz boidie,
Par fame est plus noise que pais,
Ja la moie ne crairai mais.
Fame fait haïr pere et mere,
Fame fait tuer son compere,
Par fame sont honi maint home,
De toz les max est fame some,
Fox est qui trop i met s'entente. »
Ysengrin einssi se demente,
Einssi se complaint seulement.
Renart le fiert menuement
Et sor les eulz et sor la face,
Le poil et le cuir en esrache ;
Bien voit qu'il est en male trape.
A cest mot le baston eschape
Que Renart tenoit en sa main ;
Cil qui n'ot pas le cuer trop vain
Se volt lever, mes ne pot estre,
Qu'il n'ot vertu fors du braz destre.
Renart li fet honte et anui
Soufrir l'estuet, ce poise lui ;
Bien le voudroit avoir conquis,
De la poudre li jete el vis.
Ysengrin tient por non sachant,
Andeus li va les eulz cerchant ;
Mes par sa grant mesaventure
Li avint tel male aventure :
Ses doiz en la bouche dedenz
Li chiet, et cil le prant as denz,
La char li trenche jusque a l'os ;
Ses braz lace derier son dos,
De l'estraindre pas ne se faint.
En tele guise le destraint
Que voille ou non le fet descendre
Et desoz lui le fet estendre.
Ore est Renart en mal trepail,
S'il a peor ne me merveil.
Ysengrin des genouz le serre,
Renart ne voit ne ciel ne terre ;
Juré avoit faux serement,
Si li parra prochainement,
Con fausse loi il a menee,
Hui est venuz a sa jornee.
Merci quiert por les sains de Ronme,
Mes ne li vaut pas une ponme,
Que Ysengrin le fiert et maille,
Et dant Renart gront et baaille.
Ysengrin le fiert en la chiere,
Ne tient pas sa main vers lui chierre.
Renart n'a pouoir du desfendre,
Tout li covient sofrir et prandre
Icele angoisse et icel mal,
Traire li fait Ysengrin mal ;
Il vosist miex estre aillors
Que il soufrist si grant dolors.
Devenuz est plus froit que glace ;
Miex velt morir, ce dist, en place
Que por lui recreant se claint.
A cest mot a jeté .I. plaint,
Au cuer sentoit mout grant anui
Plus qu'il ne cuidoit sentir hui,
Qar en lui n'avoit point d'esfors ;
Semblant fet d'onme qui soit mors.
Ysengrin a ses poins le sache,
Mout le descire et desache ;
Renart ne muet ne piez ne mains,
Bien fet semblant qu'il n'est pas sains.
Ysengrin l'a batu si fort
Que el champ le lesse por mort ;
Li baron sont de lui parti,
A tant la cort se departi.
Ainz Troïens n'orent tel joie,
Quant reçurent Elaine a Troie,
Con Brun li ors et Tiecelins,
Et Chantecler et Ysengrins,
Tybert li chaz et Rooniaux
Et li dains mesire Platiaux ;
Fors de Renart nus nel veïst
De rire tenir se pouist.
La bataille de Renart et d'Ysengrin C'est la bataille de Renart et de Ysangrin (26)
Notes de traduction (afficher)