dimanche 1 mars 2015

Le duel de Renart et d'Ysengrin - La plainte de Roonel




Le roi parle avec sagesse,



i rois parla conme senez
et dit : « Seigneurs, écoutez-moi bien,
Ysengrin s'est plaint à moi
de Renart, que l'on blâme tant par ailleurs,
pour sa femme qu'il a maltraitée
et prise de force
de manière si vile,
comme une quelconque servante.
Il a assouvi tous ses désirs,
honte à moi si justice n'est pas faite.
De plus, sommé de s'expliquer sous serment,
il a promis
à notre connétable,
de le faire, mais c'était encore une fable,
au lieu d'aller sur les reliques,
le sale rouquin s'est enfui.
Je dois donc rendre justice,
si je ne veux pas que mes sujets me méprisent.
Roonel le vieux mâtin,
savant et polyglotte
au cœur fier,
s'est plaint aussi, suite au message
qu'il a transmis de ma part
à Renart pour le faire venir.
Renart l'a couvert d'une honte si grande
que je ne saurais vous la décrire.
Mais j'ai bien compris la raison
pour laquelle seigneur Roonel l'accuse,
il dit que, par traîtrise,
il l'a fait retenir prisonnier.
Il a réussi à le tromper avec son baratin,
en lui racontant à propos d'un piège
tendu par un paysan
près d'une haie protégée,
que les reliques d'un dénommé saint Hilaire
avaient été déposées là,
et il lui avait fait croire qu'à cet endroit
même les infirmes se relevaient.
L'autre, qui ne connaissait pas la vérité,
pensait qu'il disait vrai.
Il a su si bien le persuader avec ruse,
que l'autre prit sa parole pour argent comptant,
alors qu'il aurait dû faire preuve de sagesse,
mais personne n'est sage qui n'a jamais fait de folie.
Renart s'est bien joué de lui,
en expliquant qu'il y avait là un fromage
qu'un paysan avait mis dedans,
mais que lui le savait.
L'autre, en se penchant, vit le fromage,
qu'il allait payer très cher.
Roonel a alors manqué de sagesse,
il a bondi en avant pour prendre le fromage,
incapable de se retenir d'y mordre,
mais en se retirant, il resserra la corde
qui lui était descendue sur le cou.
Il a alors enduré peine et angoisse.
Il s'est plié en deux et retourné en vain,
tandis que Renart, ne s'attardant pas davantage,
après l'avoir poussé à faire cette folie,
l'a laissé pendre par le cou.
Renart le roux, que le feu de l'enfer te brûle !
Il a même ajouté : “ Veillez bien sur les vignes. ”
Le mâtin a été bien trompé.
Des gardes l'ont aperçu,
et avec leurs massues et leurs gourdins,
lui ont fait la peau.
Ils ont tant battu le malheureux
qu'il a fini par tomber à terre,
il ne pouvait ni crier ni gémir,
et a dû endurer le supplice.
Il s'en est échappé vivant à grand peine,
ainsi qu'il me l'a dit, je vous le garantis.
Renart a fait du mal à beaucoup de gens,
je n'accepterai ni or ni argent
pour qu'on lui épargne la pendaison ou autre mise à mort,
s'il n'est pas en mesure de se défendre.
Il me fait honte et horreur,
je ne supporte plus sa renardie.
14348



14352



14356



14360



14364



14368



14372



14376



14380



14384



14388



14392



14396



14400



14404



14408



14412



14416



14420



14424
Et dist : « Seignors, or m'escoutez.
Ysengrin s'est a moi clamez
De Renart qui tant est blasmez,
Qui sa fame li a malmise
Et sor lui a sa force mise
Si vilment et en tel maniere
Conme une autre chamberiere.
Toz ses pensers i fu forniz ;
Se droit n'en a, toz sui honniz.
Il en fu a serement mis
Por ce que il l'avoit pramis,
Par devant nostre connestable,
Du delivrer, mes ce fu fable :
Quant dut aler au saintuaire,
Foui s'en li rous deputaire.
Or me covient que droit en face,
Si ne voil que ma gent me hace.
 Quant Rooniax li viex mastins,
Qui reset de plusors latins
Et qui mout a fier le corage,
S'est clamez, que que el mesage
L'avoie tramis de ma part,
Qu'il me feïst venir Renart,
Dont li fist Renart si grant honte
Que je n'en sai dire le conte.
Mes bien ai oï la nouvele
De quoi dant Rooniax l'apele,
Si dit que par sa traïson
Le fist retenir en prison.
Amuser le sot par parole,
Et li dist, d'une çoongnole
Que .I. vilain avoit tendue
Lez une haie desfendue,
Que la gisoit .I. saintuaires
Qui ert apelez saint Ylaires,
Et bien entendre li a fait
Que la redrecent li contrait.
Cil n'en sot pas la verité,
Pensa qu'il deïst verité ;
Tant li fist par engin acroire,
Cuida sa parole fust voire
Cil qui sages estre soloit :
Nus n'est si sages ne foloit.
La l'en fist Renart le musage ;
En l'engin avoir .I. fromage
Que .I. vilain mis i avoit,
Et Renart mout bien li savoit ;
A l'abessier vit le fromage
Qui li fist rendre le peage.
Rooniax ne fist pas que sage,
Sailli avant, prist le fromage,
Ne volt lessier que il n'i morde ;
Au resachier estraint la corde,
Qui desor le col li devale ;
Paine et angoisse soufri male.
Cil se fandoille et retorne,
Et Renart, qui point ne sejorne
Et qui l'ot mené conme fol,
Le lessa pendant par le col.
Renart le rous, que mau feu arde !
Li dist : “Soiez des vingnes garde.”
Bien fu li mastins deceüz ;
Des gardes fu aparceüz,
O maçues et o tiniaux
Li ont tant auné les buriax ;
Illec ont tant le laz batu
Q'a la terre l'ont abatu ;
Ne bret, ne crie, qu'il ne puet,
Simplement contenir l'estuet ;
A grant painne eschapa vis,
Si con il dist, jel vos plevis.
Il a fait mal a mainte gent,
Je n'en prandrai or ne argent
Que nel destruie ou ne le pende,
Ou il n'est tiex qu'il se desfende ;
Honte m'a fet et vilanie,
Trop ai sofert sa renardie.
La bataille de Renart et d'Ysengrin C'est la bataille de Renart et de Ysangrin (26)
Notes de traduction (afficher)