dimanche 21 décembre 2014

Le duel de Renart et d'Ysengrin - La convocation de Noble




Messire Noble le lion



esire Nobles li lyons
a auprès de lui tous ses barons,
à la même période où
le loup se trouve si mal en point
suite à la perte sa queue.
Cela fait déjà trois jours qu'il tient sa cour,
et sachez en toute vérité
qu'il en a réuni beaucoup
de maintes contrées et de maints pays,
sans avoir eu besoin d'envoyer les chercher.
Tous les barons sont venus
à part seigneur Renart, il me semble,
et seigneur Ysengrin fraîchement ordonné
et tonsuré par Renart,
à cause de qui il a dû abandonner
sa queue lors d'une séance de pêche.
C'est comme si ce vieil Ysengrin,
avait retenu Renart avec lui,
qui n'ose pas venir à la cour,
ni se présenter au roi.
Ce dernier a en effet assez de raisons
pour le mettre en accusation.
Et aussi il les redoute tous
car ils ne l'aiment guère.
La gente royale est loin d'être tranquille,
au contraire, ils mangent et font la fête,
c'est la grande joie dans le palais,
ils chantent chansons et lais,
et les tambourins et les tambours résonnent.
Ysengrin le cocu arrive alors,
et se retrouve au milieu d'eux, bien en évidence
avec son cul à l'air,
puisqu'il n'a plus de quoi le couvrir.
Quand ils le voient venir,
ils se mettent à se moquer de lui :
« Vous ne devriez pas vous montrer ainsi,
cher seigneur, couvrez donc votre trou.
Êtes-vous de l'ordre de saint Paul
pour porter une si grande tonsure ? »
Ysengrin ne répond pas,
passe outre, et continue tout droit
en direction de messire Noble.
Il se met à genoux,
et porte plainte contre Renart le roux
pour l'avoir arrangé ainsi,
car il a tous les poils arrachés,
et il a aussi perdu sa queue,
dont il souffre terriblement,
pour ne pas y avoir pris garde.
Messire Noble le regarde,
puis se met à rire très fort :
« Ysengrin, fait-il, il a bien failli de tuer
celui qui t'a arrangé ainsi,
il t'a bien salement tonsuré,
il ne te reste plus un poil sur la tête,
tu ressembles plus au diable qu'à une bête.
— Mon cher sire, c'est Renart qui m'a fait ça
grâce à sa fourberie et à sa ruse.
Et il m'a fait pire encore,
il m'a dépouillé de mon chasse-mouches.
Il m'a mis dans un tel état
que quand l'été arrivera,
les mouches viendront me dévorer,
et je ne pourrai rien faire pour me protéger,
je suis vraiment très en colère. »
Noble dit : « Tu n'as pas tort,
c'est pénible pour toi, et tu est furieux,
mais tu seras bien vengé,
car je le ferai venir à la cour,
et il payera avant d'en repartir.
Où êtes-vous, seigneur Grimbert ?
Cette fois Renart en a trop fait,
sa fourberie est flagrante,
allez vite me le chercher.
Je sais aussi que c'est un vrai forcené,
et que si vous ne me l'amenez pas,
personne d'autre ne pourra le faire.
Allez-y, et faites-lui savoir
que je veux qu'il vienne à la cour. »
Grimbert accourt alors vers lui :
« Sire, fait-il, telle est votre volonté,
je ne désire rien d'autre,
j'irai volontiers le voir,
et si je le trouve, je le ramène. »
Puis il quitte la court,
et va droit au château Renart,
à cause de qui s'élève la plainte
des petites gens vers Noble.


13884



13888



13892



13896



13900



13904



13908



13912



13916



13920



13924



13928



13932



13936



13940



13944



13948



13952



13956



13960



13964



13968
O lui avoit toz ses barons
A icel terme et a cel point
Que li leus fu en si mal point
Que il ot la queue perdue.
Trois jors ot ja sa cort tenue ;
Et sachiez bien de verité
Que mout en i ot assemblé
De maint païs, de mainte terre.
Sanz ce qu'il les enveast querre,
Tuit li baron viegnent ensemble,
Fors sire Renart, ce me semble,
Et sire Ysengrin l'ordené
Que Renart avoit coronné,
Par quoi il li covint lessier
La queue, qant ala peschier.
Por ce ot Ysengrin le chanu
Renart avec lui retenu,
Que il n'ose a la cort venir
Ne la cort le roi maintenir,
Si avoit auques de raison
Qu'il le lessoit por achaison
Et por ice et por la doute
De ce que ne l'amoient goute.
La gent le roi n'ert mie coie,
Ainz menjuent et font grant joie ;
Grant joie font par le palais
Et chantoient chançons et lais,
Et sonent timbres et tabors.
A tant vint Ysengrin li cous,
Entre eus se tint tot en apert,
Son cul aporte descovert,
Qar ne l'avoit de coi covrir.
Et quant il le voient venir,
Si le conmencent a gaber :
« Einssi ne devez pas aler,
Biau sire, covrez vostre tro.
Estes vos de l'ordre saint Po
Qui aportez si grant coronne ? »
Ysengrin nul n'en aresonne,
Ançois passe outre et va tot droit
La ou mesire Noble estoit.
Illec se met a genoillous,
Clainme soi de Renart le rous
Par qui il est si atornez
Qu'il a toz les grenons plumez,
Et si a la queue perdue
Dont il a grant dolor eüe,
Que trop en a fait male garde.
Mesire Noble se regarde,
Si conmence a rire mout fort :
« Ysengrin, fait il, bien t'a mort
Cil qui ainsi t'a atorné,
Mout t'a malement coroné ;
Ne t'est remés poil en la teste,
Miex sembles deable que beste.
— Biau sire, ce m'a fet Renart
Par son engin et par son art.
Et encore m'a il pis fet ;
Mon esmocheor m'a toloit,
Dont m'a malement tempesté
Que quant je vendrai en esté,
Les moches me voudront mengier
Et je ne m'en porrai adier,
Si en sui corouciez mout fort. »
Dist Nobles : « Tu n'as mie tort ;
Il t'en poise, s'en es irez,
Mes tu en seras bien vengiez,
Qar jel ferai venir a cort,
Sel comparra ainz qu'il s'en tort.
Ou estes vos, Sire Grimbert ?
Or s'est Renart trop descovert,
Or est trop apers ses baraz ;
Alez le moi querre viaz.
Bien sai que tant est forsenez
Que se vos ne le m'amenez,
Nus autres nel porroit avoir.
Alez, si li fetes savoir
Que je voil que il viengne a cort. »
Et Grimbert devant li acort :
« Sire, fet il, vostre plaisir,
C'est la riens que je plus desir ;
Mout volentiers veoir irai,
Se je le truis, si l'amerrai. »
A itant de la cort se part,
Va s'en droit au chastel Renart
De cui la clamor est venue
A Noble et a sa gent menue.
La bataille de Renart et d'Ysengrin C'est la bataille de Renart et de Ysangrin (26)
Notes de traduction (afficher)