dimanche 20 avril 2014

Ysengrin dans le puits - Trompé par son ombre




Renart est maintenant dans de sales draps,



r est Renart en male frape,
c'est le diable qui l'a mis dans cette trappe.
Il s'accroche à une pierre,
il préférerait être mort et mis en bière.
Le malheureux endure un grand supplice,
il n'arrête pas de se tremper le poil,
il aimerait mieux être attaché ou mis aux fers.
Pourtant, c'est à bon droit s'il s'est fait avoir,
lui qui fait toujours tout ce qu'il peut
pour tromper son monde.
Renart ne sait quelle ruse trouver,
ni de quelle manière sortir du puits.
Le voilà à l'aise pour pêcher,
mais ça ne l'amuse pas du tout.
Il est envahi d'une grand colère
pour s'être fait ainsi tromper,
et ne pas avoir eu deux sous de jugeote.
Messieurs, il se trouve qu'à ce moment là,
cette même nuit à la même heure,
Ysengrin, sans aucune hésitation,
sort d'une vaste lande,
poussé par la quête de nourriture,
car la faim l'aiguillonne durement.
Il se dirige, fort en colère,
vers la maison des moines,
et arrive au grand galop.
Il trouve l'endroit dévasté :
« Le diable doit habiter ici, fait-il,
pour qu'on ne puisse y trouver ni nourriture,
ni rien de ce que l'on veut. »
Il s'en retourne à petits pas,
puis court vers le guichet,
et arrive devant le couvent
au grand trot.
Il trouve le puits sur le chemin,
là où Renart le roux est en train de se divertir.
Il se penche au-dessus du puits,
fâché, triste et soucieux,
et se met à regarder
puis à observer son ombre.
Plus il la voit, plus il l'examine,
tout comme Renart l'a fait.
Il se couche à plat ventre,
pour mieux voir son ombre dedans,
il croit que c'est dame Hersent
qui se trouve ici,
et que Renart est avec elle.
Sachez que ça ne lui plaît pas du tout,
et il dit : « Me voici fort maltraité,
avili et déshonoré à cause de ma femme,
que Renart le roux m'a enlevée,
pour l'entraîner avec lui à l'intérieur.
Vraiment, quel traître de voleur
pour tromper ainsi sa commère.
Je n'ai rien pu faire pour l'éviter,
mais si je pouvais l'attraper,
je me vengerais si bien de lui
que je n'en n'aurais plus rien à craindre. »
Alors, il hurle à toute force,
et dit à son ombre : « Qui es-tu ?
que vas-tu imaginer, putain avérée,
maintenant que je t'ai trouvée ici avec Renart ? »
Sa voix ressort d'en bas,
il croit qu'elle lui répond.
Alors il hurle une autre fois,
et sa voix remonte aussitôt.
12176



12180



12184



12188



12192



12196



12200



12204



12208



12212



12216



12220



12224



12228



12232



12236



12240
Maufez l'ont mis en cele trape.
Acostez s'est a une pierre,
Bien vosist estre mort en biere ;
Li chaitif sueffre grant hachie,
Or a sovent la pel moillie.
Or est miex qu'en fers ne en ges ;
A bon droit est il conchïez,
Que tot jors met tot son pooir
En tot le monde decevoir.
Or ne set Renart trover guile,
En quel maniere du puis isse ;
Or est aaise du peschier,
Nus nel porroit esleescier.
De grant ire est esmeüz
Con il est issi deceüz ;
Ne prise .II. boutons son sens.
Seignor, il avint en cel tens,
En cele nuit et en cele heure,
Qu'Isengrin sanz nule demeure
S'en est issuz d'une grant lande,
Que querre li covint viande,
Que la fain l'argüe forment.
Tornez s'en est irieement
Devant la meson as renduz,
Les granz galoz i est venuz ;
Le païs trova mout gasté :
« Ci conversent, fet il, maufé,
Quant l'en n'i puet trover viande
Ne riens nule que l'en demande. »
Tornez s'en est tot le passet,
Corant en vint vers le guichet ;
Par devant la rendacion
S'en est venu tot le troton.
Le puis trova en mi sa voie
Ou Renart le rous s'esbanoie ;
Desus le puis s'est aclinez,
Grains et marriz et trespensez ;
Dedenz conmence a regarder
Et son ombre a visiter.
Con plus i vit, plus regarda,
Tout aussi con Renart ouvra ;
Con il se coucha sus adenz,
De son ombre qu'il vit dedenz,
Cuida ce fust dame Hersent
Qui herbergie fust laiens,
Et que Renart fust avec li.
Sachiez pas ne li abeli,
Et dist : « Mout par sui maubailliz
De ma fame vil et honniz
Que Renart li rous m'a fortraite
Et avec lui çaiens a traite.
Mout est ore traïtre lerre,
Quant il deçoit si sa conmere,
Si ne me puis de li garder ;
Mes se jel pouoie atraper,
Sifaitement m'en vengeroie
Que ja mes crieme n'en aroie. »
Lors a ullé par grant vertu ;
A son ombre dit : « Qui es tu ?
Que penses tu, putain provee,
Qant o Renart t'ai ci trovee ? »
La voiz resorti contre mont ;
Si li semble qu'el li respont.
Lors a ullé une autre foiz ;
Contre mont resorti la voiz.
Comment Renart fit descendre Ysengrin dans le puits Si conme Renart fist avaler Ysangrin dedenz le puis (23)
Notes de traduction (afficher)