mardi 15 juillet 2014

La confession de Renart - Une vie de moine




Sur ce, il finit son sermon :



tant a son sarmon feni :
« Mon cher frère, fait-il, dis-moi tout !
tu peux confesser tes péchés,
je suis tout ouïe.
— Volontiers seigneur, dit Renart.
J'ai été pendant neuf mois entiers
parjure et excommunié.
Mais ce n'est pas un gros péché,
car jamais l'excommunication
ne causerait la damnation de mon âme.
Seigneur, j'ai été sodomite,
je suis un hérétique avéré,
j'ai été publicain,
et renégat plus de sept ans.
J'ai donc beaucoup à vous raconter.
J'aurais volontiers pris la haire
pour devenir un moine blanc,
mais j'ai une douleur aux flancs
qui chaque jour, sans relâche,
me prend vingt ou trente fois.
Et sachez en toute vérité,
que ni moine blanc ni moine noir
ne se soucie de son prochain s'il n'est saint,
clerc ou chapelain.
J'ai aussi un gros problème
qui m'empêche de devenir moine,
je ne sais pas parler latin,
et j'aime bien manger le matin.
Je suis incapable de jeûner,
d'épandre le fumier, de ramasser,
ou de faire tous les travaux qu'ils font,
même pour tout l'or du monde.
Et puis j'ai la croupe trop fragile,
des idées folles et la mine désinvolte,
qui trop souvent me causeraient d'être battu,
alors je n'ose pas m'engager dans l'ordre.
Cordieu, puisqu'on y bat,
il faut donc être fou pour s'y précipiter.
Les moines noirs sont trop tourmentés,
ils n'ont jamais ni bien ni aise,
et sont soumis à de trop grandes contraintes.
Même l'abbé qui les dirige,
se fait battre par derrière, sur le dos,
quand il fait une folie.
Ils ont vraiment tort de faire ça,
au lieu d'organiser une séance
de baise trois fois par semaine,
l'ordre en serait beaucoup plus sain.
Et quand ils auraient sauté la fille,
et qu'elle aurait le petit brun bien battu,
ils la mettraient hors du cloître,
jusqu'au moment de copuler à nouveau.
Mais s'ils forniquaient trop souvent,
le couvent ne serait que vacarme,
et elle ne pourrait supporter le châtiment,
car les moines sont de grands débauchés.
Ils la briseraient de toute part,
et elle ne tiendrait pas longtemps.
Il se pourrait bien aussi
qu'un grand malheur leur arrive,
qu'ils se mettent à se battre entre eux,
et même à s’entre-tuer.
Car chacun voudra baiser le premier,
les vieux comme les jeunes,
les domestiques comme les maîtres.
Mais il ne faudrait pas que cela arrive,
ça ne serait pas raisonnable
car la maison serait blâmée,
et l'ordre discrédité,
il ne faut donc pas les tenter.
L'ordre des moines blancs est si rude,
que personne n'y entre sans finir par y mourir,
à force de jeûner et de veiller,
de chanter et de psalmodier.
C'est ce que disent ceux qui y ont été,
mais je ne l'ai pas vérifié moi-même.
J'ai entendu Ysengrin s'en plaindre,
lui qui est beaucoup plus grand et fort
que moi en tous cas,
il m'a dit qu'un méchant valet
l'a trop battu en plein chapitre
pour avoir mal lu l'épître,
et l'a laissé pour mort.
Il s'en est tiré à grand-peine,
et n'a jamais eu pire journée.
Même si on lui donnait tout l'empire,
ou si on le faisait roi du monde
et de tous les gens qui y sont,
il ne s'arrêterait pas dans l'abbaye,
car il l'a vraiment prise en haine.
Alors comment pourrais-je y entrer
moi qui ne peux supporter aucun mal,
et qui ne peux me passer
d'Hersent et de son trou ?
Un trou ? Que dis-je, c'est bien plus que ça,
c'est une merveille que l'on n'ose nommer.
Par le seul fait d'y repenser,
tous mes membres en frissonnent,
et ma peau se hérisse.
Par ma tête, ce n'est pas une blague,
car il n'y pas de plus noble nom
en ce bas monde que celui de con.
Mais je me demande pourquoi je dis cela,
car c'est aussi lui qui tue le plus les hommes,
ou qui a vite fait de les pousser au mal
quand il veut les rendre mauvais.
Mais s'il veut les aider,
pas la peine d'en faire tout un discours,
il lui donne en un jour plus
de bonheur, de joie et d'amour
que bouche d'homme ne saurait dire.
Le con est le plus souverain des seigneurs
qu'on puisse trouver dans le monde.
Ça n'est plus à démontrer,
car nombreux sont ceux qu'il a protégés
à leur grande surprise.
On ne peut éteindre la fente
sans en atteindre le fond,
et si la fente ne peut être prise,
elle ne se resserrera jamais
et durera éternellement,
car c'est une fente sans salut,
perdue pour cause de malveillance,
malheur à qui s'en plaindra.
Ne croyez pas que ce sont des histoires !
Je ne voudrais pas être abbé,
si Hersent n'était pas abbesse,
intendante ou prieure,
ou placée dans un endroit
hors de toute juridiction,
afin d'obtenir toutes ses faveurs,
et elle de profiter de moi,
car l'ordre est bon et beau,
qui est fait de mâles et de femelles. »


12900



12904



12908



12912



12916



12920



12924



12928



12932



12936



12940



12944



12948



12952



12956



12960



12964



12968



12972



12976



12980



12984



12988



12992



12996



13000



13004



13008



13012



13016



13020



13024



13028

« Biau frere, fet il, or me di !
Tes pechiez puez tu regehir,
Et je sui toz prez de l'oïr.
— Sire, dist Renart, volentiers :
J'ai bien esté .IX. mois entiers
Parjures et escumeniez.
Mes ce n'est mie grant pechiez :
Ja por escumenacion
N'avra m'ame dampnation.
Sire, j'ai esté sodomites,
Encore sui je droiz herites ;
Si ai esté popelicans,
Et renoiez plus de .VII. ans.
Assez vos avroie a retrere,
Volentiers preïsse la here,
Si devenisse moines blans ;
Mes j'ai .I. mal par mi les flans
Qui chascun jor par droite rente
Me prant .XX. foiees ou .XXX.
Ice sachiez vos tot de voir
Que blanc moine ne moine noir
N'ont cure d'onme, s'il n'est sains
Ou s'il n'est clers ou chapelains.
Et si ai je si grant essoine
Que je ne puis devenir moine ;
Ne si ne sai parler latin,
Si menjus volentiers matin.
Je ne porroie jeüner,
Ne fiens espandre n'aüner
Ne fere les oevres qu'il font,
Qui me donroit trestot le mont.
Si ai trop la croupe legiere
Et fol talent et fole chierre,
Qui mout sovent me feroit batre,
Por ce ne m'os en l'ordre embatre.
Par le cuer bieu, puis qu'en i bat,
Dont est il fox qui s'i embat.
Moine noir sont trop en malese,
Il n'avront ja ne bien ne ese,
Trop sont tenu en grant destresce ;
Nis lor abé qui les adresce
Batent il bien le dos deriere,
Quant il fet une fole chierre.
De ce font il certes mout mal
Quant il ne font .I. general
De foutre .III. foiz la semainne :
Si en fust l'ordre assez plus sainne,
Et quant il eüssent foutu
Et ele eüst bruniau batu,
Si la meïssent hors du cloistre
Tant que il fust saison de croistre.
Se il foutoient trop sovent,
Il en sordroit noise en covent ;
Si n'en porroit soufrir la painne,
Que trop sont lechierre li moine.
Il la debriseroient toute
Si que ja mes ne tendroit goute.
Et si porroit bien avenir
Que grant mal en porroit venir,
Que il entre eus se combatroient,
Espoir si s'escerveleroient.
Si voudroit chascun foutre avant,
Aussi li viel con li enfant,
Et li serjant conme li mestre.
Mes ice ne porroit pas estre,
Et si ne seroit pas reson
Que blasme en avroit la meson ;
S'en seroit empoirie l'ordre,
Por ce ne lor fet nul amordre.
Et la blanche par est si fort
Que nus n'i entre ne soit mort
De jeüner et du veillier,
Du chanter et du verseillier ;
Ce dient cil qui ont esté
Que je n'en sai la verité.
Mes j'en oï Ysengrin plaindre,
Qui est assez plus fort et graindre
Que je ne sui bien les .II. pars,
Qui me dit que .I. mavez gars
L'avoit tant batu en chapistre
Por ce qu'il failli a l'espistre
Qu'il le laissa conme por mort.
A mout grant painne s'en estort,
Ja mes n'ert jor qu'il n'en soit pire.
Qui li donroit tout cest empire
Et le feroit seignor du mont
Et de toute la gent qui sont,
N'aresteroit en l'abaïe,
Qar durement l'a enhaïe.
Et je conment i enterroie,
Qui nul mal soufrir ne porroie,
Et qui consieurrer ne me puis
De Hersent ne de son pertuis ?
Pertuis ? Je ment, ainz est grant chose ;
C'est merveille que nomer l'ose,
Et por ce seul que il m'en membre,
M'en fremissent trestuit li membre
Et herice toute la char.
Por mon chief ce n'est mie eschar,
Que ce est li plus nobles nons
Qui soit en cest siecle que cons.
Merveilles est quant je le nonme :
C'est la riens qui plus ocist honme,
Et qui plus tost le chace a mal
Des qu'il le velt torner a mal.
Et des qu'il le velt aïdier
De ce n'estuet mie plaidier :
Il li done plus en .I. jor
De bien et de joie et d'amor
Que bouche d'ome ne puet dire.
Cons est li plus soverains sire
C'on puist en tot le mont trover.
Ce n'est pas ore a esprouver,
Que maint en ont esté gari
Qui mout estoient esbahi.
L'en ne porroit la plaie estaindre,
Qar l'en ne puet au fons avaindre,
Et se la plaie n'est atainte,
El n'ert ja mes nul jor estrainte,
Ainz durra pardurablement,
Qar c'est plaie sanz finement
Et qui par mauvestié perdra ;
Mal dahez ait qui l'en plaindra.
Ne cuidiez pas que ce soit fables ;
Je ne voudroie mie estre abes,
Se Hersent n'estoit abeesse
Ou ceneliere ou prioresse,
Ou el ne fust en tel leu mise
Ou ele fust fors de justice ;
Q'eüsse de lui toz mes bons
Et ele de moi toz les sons ;
Qar mout est l'ordre bone et bele
Qui est de male et de femele. »
Comment Renart voulu manger son confesseur Si conme Renart volt mangier son confessor (24)
Notes de traduction (afficher)