dimanche 5 juillet 2015

Le duel de Renart et d'Ysengrin - Le serment




Dès que Brichemer entend cela,



uant Brichemer l'a entendu,
il se dirige le cou tendu
vers Ysengrin, et lui dit à l'oreille
que le roi est fort étonné
qu'ils ne puissent ni faire la paix entre eux,
ni trouver une compensation ou un accord :
« Faites pour le mieux, acceptez un dédommagement
de Renart pour son forfait,
suite à la plainte que vous avez déposée
pour avoir pris votre femme de force. »
Ysengrin répond : « Ne m'en parlez pas !
je veux cette bataille tout de suite.
Je ne ferai jamais aucun compromis,
pour qu'il ne s'avise pas une fois de plus
à coller la honte à son compère,
ni encore à baiser sa commère.
Je verrai bien qui aura justice. »
Brichemer dit qu'il préférerait
que l'affaire soit menée de sorte
qu'un arrangement soit conclu,
que tous deux redeviennent bons amis,
— car c'est mal de rester ennemis —
et que chacun ait sa part de droit
sans se retrouver lésé.
Ysengrin rétorque : « À Dieu ne plaise
que j'accepte la paix ou un accord,
avant de voir qui sera le plus fort,
et de savoir qui aura tort.
On pourrait me prendre pour un fou
si je le laissais partir librement.
Dites au roi et à ses barons,
qu'ils sachent bien tous, les fous comme les sages,
qu'ils réclament la paix pour rien.
Elle n'arrivera jamais, ajoute-t-il,
et chacun peut dire ce qu'il veut,
on verra bien qui vaincra sur le champ de bataille.
Dites au roi qu'au nom du droit, il maintienne
la bataille, quoi qu'il arrive. »
Quand Brichemer comprend finalement
qu'il n'obtiendra pas la paix de la part d'Ysengrin,
il annonce la nouvelle au roi
dont la colère se ranime :
« Sire, fait-il, écoutez-moi,
Ysengrin n'attend que la bataille,
il se fiche de faire la paix,
et dit qu'il n'acceptera jamais
aucun arrangement en dehors du champ clos,
et que sinon, on le prendrait pour un lâche. »
L'affaire se gâte donc,
car le roi est très fâché
par l'arrogance des propos d'Ysengrin,
qui refuse de faire la paix.
Brichemer reprend : « Si vous voulez
faire justice, comme à votre habitude,
et vous en tenir aux règles du droit,
le mieux est à mes yeux
de les mettre tous les deux en lice,
et que chacun prenne soin de se défendre,
car une fois au milieu de la place,
seul le meilleur gagnera. »
Le roi répond : « Par saint Riquier,
je peux vous assurer
que je refuserais toute la fortune
que le plus riche puisse avoir,
plutôt que de rater cette bataille,
et je n'en aurais aucun regret.
Mais je ne fais que m'irriter à attendre ainsi,
mettons-les dans le champ clos maintenant. »
Quand ils entendent ces paroles,
la bataille peut commencer sans délai.
Ils les conduisent sur le terrain,
même le plus hardi tremble de peur,
pendant qu'ils avancent main dans la main.
Le roi appelle un chapelain,
mon seigneur Belin le mouton,
qui est d'une grande sagesse à n'en point douter.
Il apporte le reliquaire,
sur lequel les serments doivent être faits.
Le roi fait proclamer
que personne n'ait l'outrecuidance
de faire du bruit, que chacun reste calme,
et se conduise comme un honnête homme.
Le roi, très attaché aux règles du droit,
fait le souhait d'entendre les serments.
Seigneur Brichemer et Brun l'ours,
considérés tous deux comme les meilleurs barons,
font l'énoncé des serments
que tous entendent clairement.
« Seigneurs, fait l'un, écoutez bien,
et si je dis une bêtise, alors corrigez-moi.
Renart jurera en premier,
et dira dans son serment
qu'il n'a fait aucun tort à Ysengrin,
ni à Tibert le chat,
ni à Tiécelin, ni à la mésange,
ni à Roonel, quoi qu'il soit arrivé,
ni à Bruyant, ni à Chantecler,
il devra jurer tout cela. »
Renart prie longuement,
il est en grande affliction.
« Renart, faites le serment,
nous sommes toute ouïe. »
Renart s'agenouille sur place,
se prépare avec soin, se retrousse les manches,
étend sa main au-dessus du reliquaire,
jure par saint Germain,
et par tous les saints qui sont là,
qu'il n'a aucun tort dans cette affaire,
puis baise les reliques, et se relève.
Ysengrin supporte difficilement
de le voir faire prendre
des mensonges pour la vérité.
Il se met à genoux à son tour.
Brichemer dit : « Mon cher ami,
pouvez-vous jurer que Renart a fait un faux
serment, et que vous êtes loyal ? »
Ysengrin répond : « Je le jure. »
Il baise les reliques,
se relève, s'en va
au milieu du champ clos, et fait sa prière.
Il demande à Dieu tout-puissant
de le laisser venger sa honte,
pour tous les torts que Renart lui a faits,
et de retrouver enfin son honneur.
Il baise le sol, se redresse,
prend son bâton, le brandit,
et le fait tournoyer plusieurs fois.
Il prend son bouclier,
serre la sangle dans ses doigts, se met en position,
et agite son bâton dans tous les sens.
Il s'incline devant les gens tout autour,
il démontre une grande habileté.
Il dit à Renart de prendre garde,
et de ne pas gâcher la journée.
15124



15128



15132



15136



15140



15144



15148



15152



15156



15160



15164



15168



15172



15176



15180



15184



15188



15192



15196



15200



15204



15208



15212



15216



15220



15224



15228



15232



15236



15240



15244



15248



15252



15256
Tornez s'en est col estendu,
A Ysengrin dist en l'oreille
Que li rois forment se merveille
Qu'en ne puet pes entre els .II. metre
Ne por doner ne por prametre :
« Faites le bien, prenez droiture
De Renart por sa forfaiture,
De la clamor c'avez drecie
De vo fame qu'a enforcie. »
Dist Ysengrin : « N'en parlez pas !
Je voil bataille ignelepas.
Certes ja n'en feré acorde
Que autrefoiz ne s'i amorde
A fere honte a son compere,
Ne foutre ja mes sa conmere ;
Je verrai bien qui avra droit. »
Brichemer dist que il voudroit
Que la chose fust si menee,
Si duite et si atornee
Que andui fussent bon ami
— C'est lait qu'il soient anemi —
Et que chascun son droit eüst,
Que a mal torné ne li fust.
Dist Ysengrin : « Ja Dex ne place
Que je pes n'acordance en face
Tant que je voie le plus fort
Et que savré qui avra tort.
Bien me porra tenir por yvre,
Se je l'en lais aler delivre.
Dites le roi et son barnage,
Que bien sachent et fol et sage,
Que por noient la pes requiert.
Ja, ce dist il, au fere n'ert ;
Chascun dira ce qu'il vodra,
El champ verron qui vaintera.
Dites le roi que a droit tiengne
La bataille, conment qu'il prangne. »
 Quant Brichemer ot en la fin
Ne trove pes vers Ysengrin,
Au roi a dite la novele
De quoi s'ire li renovele :
« Sire, fet il, a moi entent.
Ysengrin la bataille atent ;
Il n'a cure de fere pes,
Et dist qu'il ne fera ja mes
Nule acorde se el champ non,
Que l'en le tendroit a bricon. »
Or est li plez mout enpiriez,
Que li rois si s'est corouciez
De l'orgoil qu'Isengrin a dit,
Quant de pes fere s'escondit.
 Dist Brichemer : « Se vos volez
Droit fere, si con vos solez,
Et si tenez la droite voie,
Ce est le miex que ge i voie,
Q'ambedeus les metez la fors,
Penst chascun de garder son cors ;
Quant il seront en mi la place,
Qui miex porra fere, si face. »
Ce dist li rois : « Par saint Richier,
Por vos le puis bien afichier
N'en prandroie pas tot l'avoir
Que li plus riches puist avoir
Que je la bataille n'en aie,
Ne ja mes n'en avré manaie.
Ne sai qu'iraie atendant ;
El champ les meton maintenant. »
Quant la parole ont entendue,
La bataille ert sanz atendue,
Si les ont mis el champ ensemble ;
Li plus hardiz de peor tremble,
L'un tenoit l'autre par la main.
Li rois apele .I. chapelain,
Mon seignor Belin le mouton,
Que sages est, point n'en douton.
Cil aporte le saintuaire
Sor quoi durent serement faire.
 Li rois a fait crïer son ban
Qu'il n'i ait nul de tel boban
Qui face noise ; en pais se tiengne,
Conme preudonme se contiengne,
Mout fu li rois de grant justice,
Du serement fait la devise.
Dant Brichemer et Brun li ors,
Que l'en tenoit as .II. meillors,
Deviserent le serement
Oiant trestoz apertement.
 « Seignors, fait il, or entendez ;
Se je di mal, si m'amendez.
Renart jurra premierement
Et metra en son serement
Qu'a Ysengrin n'en a tort fait,
Ne a Tybert le chat mesfait,
N'a Tiecelin, n'a la mesenge,
N'a Roonel conment qu'il prangne ;
Ne a Bruiant, n'a Chantecler,
Touz les i estovint jurer. »
Longuement fu a oroison
Et fu en grant aflicion.
« Renart, faites le sairement,
Ci oiant nos apertement. »
Renart s'agenoille en la place,
Mout s'apareille et se rebrace,
Desus les sains estent sa main,
Si a juré par saint Germain
Et par les sains que illuec voit
Que de cel plet nul tort n'avoit ;
Les sains besa et puis se lieve.
A Ysengrin durement grieve
Que il fet acroire por voir
La mençonge sor le savoir ;
A tant se rest a genouz mis.
Dist Brichemer : « Biau doz amis,
Vos jurez que Renart est faux
Du serement et vos loiaux. »
Dist Ysengrin : « Je le creant. »
Les sains bese, si lieve a tant ;
Puis s'est levez et si s'en vait
En mi le champ, s'oroison fait
Et prie Dieu qui tot sormonte,
Que il li lest vengier sa honte
De Renart qui li a fait lait,
Que au partir l'anor en ait.
Baise la terre, si se dresce ;
Son baston atire et afaite,
Et mout sovent le retornoie,
En ses doiz la corroie ploie.
Son escu prant et si se mole,
En plusors lieus son baston crole ;
Tout entor encline a la gent,
Mout se demainne sagement.
A Renart dist que il se gart
Qu'il ne mete le jor a gast.
La bataille de Renart et d'Ysengrin C'est la bataille de Renart et de Ysangrin (26)
Notes de traduction (afficher)