jeudi 25 octobre 2012

Renart jongleur - Ysengrin perd ses roupettes




Sur ce, ils se mettent en route,



tant se metent a la voie,
et s'en vont tous deux dans la joie.
Ysengrin lui raconte en détail
comment Renart l'a couvert de honte.
Il lui dit le tout en français,
et l'autre lui parle dans son anglais.
Ils ont si bien marché qu'ils arrivent
jusqu'à la maison du moine,
là justement où Ysengrin connaît
celui qui a la vielle.
Ils entrent ensemble
directement dans le courtil du paysan,
mais comme ils le redoutent,
ils s'arrêtent le long du mur.
Ils écoutent la musique
que le paysan joue jusque dans la nuit.
Quand le sommeil le gagne,
il va se coucher sans plus attendre.
Ysengrin dresse l'oreille,
pour écouter s'il dort.
Dans le mur, il y a un trou
dont il a connaissance depuis plus d'un an,
et à travers un battant qui est fendu,
il voit la vielle pendue à un clou.
Tous soufflent et ronflent très fortement,
alors il se dit qu'ils se sont endormis.
Un gros mâtin est allongé près du feu,
dans son coin à côté du lit,
peu s'en faut qu'il ne touche le feu.
Cependant, les pieds du lit
ne lui permettent pas de voir Ysengrin :
« Frère, dit-il à Galopin,
attends moi ici, je vais voir
comment je pourrai l'avoir.
— Vais-je rester seul ? lui dit Renart.
— Comment ? Es-tu donc un couard ?
— Couard ? non vraiment, mais j'ai peur
car je ne saurai pas si quelqu'un arrive,
et si je suis seul, je serai emporté,
c'est pourquoi je suis découragé. »
Quand Ysengrin l'entend, il en rit,
et son cœur entier s'attendrit.
Il lui dit alors : « Pour l'amour de Dieu,
je n'ai jamais vu de jongleur hardi,
ni de prêtre instruit, ni de dame raisonnable.
Car plus elle en a, et plus elle en demande,
et quand elle est toute à son aise,
elle cherche alors ce qui ne va pas,
et quand elle a ce qu'elle veut,
elle cherche alors de quoi se plaindre encore. »
Renart lui répond, comme il n'a foi en rien :
« Malgré son amour, je crois que
si je voudra ressembler à Renart,
je serais pendu à une corde.
— Soyez tranquille, dit Ysengrin,
car je connais bien tous les passages.
Restez donc ici par terre,
je vais aller chercher la vielle. »
Il s'en va alors droit vers la fenêtre
tel celui qui connaît bien l'endroit.
Elle est soutenue par un bâton,
mais on a oublié de la fermer.
Ysengrin monte à la fenêtre,
puis saute sur le sol.
Il se rend aussitôt,
là où la vielle est pendue, la décroche,
et la tend à son compagnon
qui la passe à son cou.
Renart réfléchit alors à ce qu'il va faire,
et comment il pourra le tromper.
« Qu'il ne m'arrive plus rien de bien, dit Renart,
si je ne le trompe pas, quoi qu'il se prenne. »
Il va droit vers la fenêtre
et son petit bâton qui la soutient.
Il baisse le bâton, elle se referme,
et Ysengrin est emprisonné à l'intérieur.
À cause du bruit que la fenêtre fait
en se fermant brusquement,
le paysan se réveille tout alarmé.
Il saute debout encore endormi,
sa femme et ses enfants se mettent à crier :
« Allez, debout ! il y a des voleurs là-dedans. »
Le paysan bondit, et comme à son habitude
va au feu puis l'allume.
Quand Ysengrin le voit se lever
et allumer feu,
il recule un petit peu,
et le prend aux fesses par-derrière.
Le paysan pousse un cri,
le mâtin, qui l'entend aussitôt,
saisit Ysengrin par les couilles.
Il enfonce, tire, pousse, tord,
et tranche tout ce qui pend.
Ysengrin serre encore plus fort
les fesses du paysan,
mais le cœur n'y est plus
et sa douleur est encore plus grande
car le chien tient ses couilles.
Il s'est tellement acharné dessus
qu'Ysengrin est émasculé.


8132



8136



8140



8144



8148



8152



8156



8160



8164



8168



8172



8176



8180



8184



8188



8192



8196



8200



8204



8208



8212



8216



8220



8224



8228
Andui s'en vont a mout grant joie.
 Isengrin assez li aconte
Conment Renart li a fait honte ;
Assez li dist en son françois,
Et cil parole en son englois.
Tant ont alé qu'il sont venu
Jusque a la meson au rendu,
Droit la ou Ysengrin savoit
Celui qui la vïele avoit.
Dedenz le cortil au vilain
S'en entrerent andui au plain ;
Le vilain ont mout redouté,
Lez la paroi sont aresté.
Il ont escouté le deduit
Que li vilain mainne la nuit.
Quant le veillier le va matant,
Couchier se va, plus n'i atent.
Ysengrin a drecié l'oreille,
Puis escoute se il someille.
En la paroi .I. trou avoit,
Plus a d'un an qu'il le savoit,
Et par .I. es qui est fendue
Vit la vïele au clou pendue.
Soflent et ronflent mout forment,
Lors dit qu'il se vont endormant.
.I. grant mastin gist lez le feu,
Selonc la couche a fet son leu,
Par .I. petit au feu n'atouche,
Mes li pecos de cele couche
Nel laissa veoir Ysengrin :
« Frere, dist il a Galopin,
Atent moi ci, g'irai veoir
Conment je la porrai avoir.
— Serai je seus ? ce dist Renart.
— Conment ? es tu donques coart ?
— Coart ? nai voir, mes j'ai peor
Que je ne savré ci nul tor ;
Se sui seul, j'en seré portez,
Por ce fu moi desconfortez. »
Ysengrin l'ot et si s'en rit,
Et le cuer tot l'en atendrit,
Et si li dist : « En Dieu amor,
Onc ne vi hardi jugleor,
Sage prestre, ne sage dame :
Quant ele a plus, et plus demande ;
Et quant ele a trestoute s'aise,
Lors quert que ele est a mal aise ;
Et quant ele a ce qu'ele veut,
Lors quiert que ele plus se deut. »
Ce dist Renart, c'onques n'ot foi :
« Mes s'amor, si conme je croi,
Se voudra resembler Renart,
Je fust penduz a une hart.
— Lessiez ester, dist Ysengrin,
Car je sai bien toz les chemins.
Mes or estez a ceste terre,
Je irai la vïele querre. »
Puis s'en vint droit a la fenestre
Conme cil qui savoit bien l'estre.
Apuiee fu d'une corre
Et puis fu oublïee a clorre.
Ysengrin est montez en haut,
De la fenestre a terre saut ;
Illec ou la vïele pent
S'en vient mout tost, si la despent,
Si l'a son compaingnon tendue ;
Cil l'a entor son col pendue.
Renart se pense qu'il fera,
Conment il le conchiera.
« Ja bien, dist Renart, ne m'aviengne,
Se nel conchi, conment qu'il praigne. »
A la fenestre droit s'en vient
Au bastoncel qui la soustient,
Le baston cline et ele clot
Et Ysengrin laiens enclot.
Au saut que la fenestre fist
Et a la noise qu'ele fist,
Est li vilains toz estormiz,
Si sailli sus touz endormiz ;
Sa fame crie et ses enfanz :
« Or sus ! il a larrons ceanz. »
Li vilains saut, c'iert sa costume,
Et vient au feu et si l'alume.
Quant Ysengrin le voit lever
Et il voit le feu alumer,
.I. petitet se tret ariere,
Par les naches le prant derriere.
Li vilain a jeté .I. cri,
Li mastin l'a mout tost oï ;
Prent Ysengrin par mi la coille,
Empaint et sache, boute et roille,
Tout a tranchié ce qui li pent.
Mes Ysengrin forment esprent
Derier les naches au vilain,
Mes de ce avoit le cuer vain
Et sa dolor li engraingnoit,
Que li chiens sa coille tenoit.
 Tant s'estoit laiens traveillié
Que Ysengrin est escoillié.
Comment Renart fut teinturier C'est si conme Renart fu tainturiers (11)
Notes de traduction (afficher)

1 commentaire: